Israël: Une frappe contre l'Iran soulagerait la région, assure Netanyahou

Reuters
— 

Benjamin Netanyahou se dit convaincu qu'une  éventuelle frappe israélienne contre l'Iran, si elle était nécessaire  pour empêcher Téhéran de se doter de l'arme nucléaire, générerait un «sentiment de soulagement» dans la région. 

Le Premier ministre israélien, qui sera mercredi et jeudi en France  pour y rencontrer notamment François Hollande, affirme dans une  interview à Paris Match à paraître mercredi que les Iraniens ont  accéléré leurs activités d'enrichissement d'uranium «dans des  proportions telles qu'ils pourront se doter non pas d'une bombe atomique  mais de plusieurs». «Israël se réserve le droit de se défendre seul, par lui-même, de toute menace», dit-il dans cet entretien.

«Je crois qu'un grand sentiment de  soulagement étreindrait la région»

«Je ne vais pas vous raconter le film, ce que nous ferions ou ne  ferions pas», ajoute-t-il. «Mais, cinq minutes après, contrairement à ce  qu'imaginent les sceptiques, je crois qu'un grand sentiment de  soulagement étreindrait la région.» «L'Iran n'est pas populaire dans le monde arabe, loin de là. Et  certains régimes voisins, ainsi que leurs concitoyens, ont bien compris  qu'un Iran nucléaire serait un danger pour eux, pas seulement pour  Israël», poursuit Benjamin Netanyahou.

Le Premier ministre israélien se montre relativement optimiste sur  l'évolution du Moyen-Orient, estimant que le «vent de liberté porté par  les nouvelles technologies peut balayer les dogmes et provoquer un vrai  changement de mentalités». Le processus de paix israélo-palestinien est toutefois selon lui bloqué depuis 2009 par la faute des Palestiniens.

«C'est vrai, ces quatre années sont des années perdues du point de  vue des avancées vers la paix», dit-il. «Mais c'est très difficile de  songer à un résultat quand les Palestiniens refusent de s'asseoir à une  table pour négocier sans conditions préalables.»