Londres toujours hostile à des frappes préventives en Iran

Avec Reuters

— 

La Grande-Bretagne a réaffirmé vendredi son hostilité à un recours à la force à brève échéance contre les installations nucléaires iraniennes, jugeant les sanctions efficaces et la diplomatie toujours utile.

Selon le Guardian, Londres a récusé un projet américain d'utilisation des bases britanniques pour envoyer des renforts dans le Golfe, sur la base d'un avis juridique selon lequel il serait illégal de procéder à des frappes préventives. L'auteur de cet avis estime que l'Iran ne représente pas «une menace claire et immédiate», précise le quotidien, citant des sources non identifiées.

«Nous voulons voir les sanctions fonctionner»

«Le gouvernement ne pense pas qu'une initiative militaire contre l'Iran soit la chose à faire pour le moment, bien qu'aucune possibilité ne soit écartée», a déclaré à la presse une porte-parole du Premier ministre David Cameron. «Nous voulons voir les sanctions, qui commencent à avoir un certain impact, fonctionner et engager l'Iran dans des négociations», a-t-elle poursuivi, refusant de s'exprimer sur l'article du Guardian.

Le titre précise que Washington n'a pas transmis de demande formelle pour l'utilisation des bases britanniques. David Cameron estime, comme certains diplomates occidentaux, que les sévères sanctions infligées à Téhéran pour l'amener à renoncer à ses activités nucléaires suspectes commencent à porter leurs fruits et à susciter le mécontement de la population, alors qu'un recours à la force rassemblerait les Iraniens autour de leur gouvernement.