Berlusconi condamné à un an de prison dans le cadre de l'affaire Mediaset

ITALIE Il est également interdit d'exercer un mandat public pendant trois ans...

N. Bg. , A.-L.B. avec agences

— 

L'ex-chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a été condamné vendredi en première instance à 4 ans de prison ferme pour fraude fiscale dans l'affaire Mediaset, une peine assortie d'une interdiction d'exercer toute fonction publique pendant trois ans, a annoncé le tribunal de Milan (nord).
L'ex-chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a été condamné vendredi en première instance à 4 ans de prison ferme pour fraude fiscale dans l'affaire Mediaset, une peine assortie d'une interdiction d'exercer toute fonction publique pendant trois ans, a annoncé le tribunal de Milan (nord). — Christophe Simon afp.com

Dernière info 18h08: La condamnation de l'ex-chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi à quatre ans de prison pour fraude fiscale a été réduite à un an, car il a bénéficié d'une amnistie pour trois années, a annoncé le tribunal de Milan

Direction la prison pour l'ancien chef du gouvernement italien? Silvio Berlusconi a été condamné ce vendredi en première instance à quatre ans de prison ferme pour fraude fiscale dans l'affaire Mediaset et a été interdit d'exercer un mandat public pendant trois ans, a annoncé le tribunal de Milan, dans le nord du pays. Sa condamnation a été dans la foulée réduite à un an, car il a bénéficié d'une amnistie pour trois années, a annoncé ce tribunal.

Silvio Berlusconi a obtenu l'atténuation de sa peine en vertu d'une loi d'amnistie datant de 2006 qui avait été promulguée par le gouvernement de gauche de l'époque pour réduire la surpopulation carcérale.

Dans ce procès, où dix autres personnes outre Silvio Berlusconi étaient poursuivies, le tribunal a de plus condamné les accusés à verser dix millions d'euros à titre d'avance au fisc italien. Dans le procès surnommé «Mediaset», Silvio Berlusconi est accusé d'avoir artificiellement gonflé le prix des droits de diffusion de films, achetés par des sociétés écrans lui appartenant, lors de leur revente à son empire audiovisuel Mediaset.

Caisses noires à l'étranger

Le groupe aurait ainsi constitué des caisses noires à l'étranger et réduit ses bénéfices en Italie pour payer moins d'impôts. Le tribunal est allé au-delà des réquisitions du parquet, qui avait demandé trois ans et huit mois de prison pour l'homme surnommé «il Cavaliere».

Le procès, qui a débuté il y a six ans, avait été suspendu à de nombreuses reprises, dont la dernière fois en avril 2010 après l'adoption d'une loi accordant à Silvio Berlusconi l'immunité pénale pendant 18 mois. La première audience après la reprise de la procédure avait eu lieu en février.

Précédentes condamnations

L'ex-président du Conseil, qui est âgé de 76 ans, a la possibilité de faire appel de ce jugement. Ce verdict survient deux jours après que Berlusconi a confirmé qu'il ne conduirait pas son parti Peuple de la liberté (PDL) aux élections du printemps prochain.

Jusqu'à présent, Silvio Berlusconi a toujours échappé aux condamnations. Il a été condamné trois fois en première instance en 1997 et 1998 à un total de six ans et cinq mois de prison ferme pour corruption, faux en bilan et financement illicite d'un parti politique. Mais il a depuis été acquitté ou a bénéficié de la prescription pour ces délits.

>> Notre trilogie sur l'héritage de Bersluconi: Une personnalité hors du commun, Scandales, sexe et pouvoir; Echecs, crises et désillusions.