Les Pussy Riot ont eu ce qu'elles méritent, dit Poutine

Reuters

— 

Les membres du groupe Pussy Riot condamnées à deux ans de prison méritent leur peine car elles ont menacé les fondements moraux de la Russie, a déclaré jeudi Vladimir Poutine. Recevant à dîner des journalistes et universitaires étrangers dans sa résidence en périphérie de Moscou, le président russe a calmement exposé ses projets pour améliorer le climat des affaires en Russie et réduire la dépendance de l'économie russe vis-à-vis de ses ressources en hydrocarbures.

Durant ces deux heures de conversation, il ne s'est animé qu'une fois, lorsqu'a été abordé le cas des Pussy Riot. Deux d'entre elles ont été condamnées en août à deux ans de prison pour vandalisme motivé par la haine religieuse, après avoir entonné en février une chanson hostile à Vladimir Poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou.

Lignes rouges

Lorsque l'un des convives du dîner l'a interrogé à ce sujet, Vladimir Poutine a élevé la voix, a regardé fixement son interlocuteur et lui a demandé pourquoi les Occidentaux critiques à l'égard du traitement des deux jeunes femmes par la Russie ne manifestaient pas aussi leur soutien à l'auteur du film islamophobe L'innocence des musulmans, emprisonné aux Etats-Unis.

«Vous voulez soutenir des personnes ayant de telles opinions? Si c'est le cas, alors pourquoi ne soutenez-vous pas le type qui croupit en prison pour le film sur les musulmans?», a répliqué le président russe. «Nous avons des lignes rouges au-delà desquelles commence la destruction des fondements moraux de notre société», a-t-il poursuivi. «Si les gens franchissent cette ligne, ils doivent en répondre devant la loi.»