L'armée syrienne observera la trêve de vendredi matin à lundi

SYRIE Le cessez-le-feu est prononcé à l'occasion de la grande fête musulmane de l'Aïd el Adha...

Avec Reuters

— 

Un garçon et son vélo près d'une zone bombardée à Atareb (Syrie), le 24 octobre 2012.
Un garçon et son vélo près d'une zone bombardée à Atareb (Syrie), le 24 octobre 2012. — REUTERS/Asmaa Waguih

L'armée syrienne a annoncé jeudi qu'elle cesserait le feu pour les fêtes de l'Aïd al Adha, une trêve négociée par l'émissaire international mais dont doutent les insurgés. Cette annonce intervient au moment où la Syrie est toujours le théâtre d'affrontements violents dans la région de Damas, la capitale, comme à Alep, la grande ville du nord..

Le commandement de l'armée syrienne a annoncé la cessation des opérations militaires à compter de vendredi matin jusqu'à lundi. L'état-major, cité par la télévision publique, a dit cependant qu'il se réservait le droit de riposter à des attaques des insurgés.

 «Première étape» vers une cessation durable de toutes les violences?

L'Armée syrienne libre (ASL) a réagi à l'annonce des militaires en disant que ses combattants seraient liés par la trêve mais elle a réclamé la libération de prisonniers dès vendredi. Les combattants islamistes d'Ansar al Islam ont déclaré pour leur part qu'ils ne se sentaient pas liés par le cessez-le-feu et ont dit douter que l'armée syrienne le respecte. «Nul ne prend ce cessez-le-feu au sérieux», déclarait de son côté Moaz al Chami, activiste de l'opposition joint à Damas.

«Comment peut-il y avoir un cessez-le-feu avec des chars qui errent dans les rues, des barrages routiers tous les cent mètres et l'armée qui n'a aucun scrupule à frapper à l'artillerie lourde des quartiers civils? C'est un régime qui a perdu toute crédibilité», a-t-il ajouté. L'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe, l'Algérien Lakdhar Ibrahimi, avait proposé un cessez-le-feu de quelques jours à l'occasion de la grande fête musulmane de l'Aïd el Adha.

Mercredi, le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé «tous les acteurs régionaux et internationaux à user de leur influence» pour assurer la mise en place d'un «cessez-le-feu qui pourrait être une première étape vers une cessation durable de toutes les violences».