France: Ponts modulables "prêts à l'emploi" pour le Liban

— 

De 30 à 40 m de long, pesant 30 tonnes chacun, 15 ponts en pièces détachées, "prêts à l'emploi", ont commencé d'être acheminés par la France vers le Liban pour remplacer provisoirement ceux détruits par les bombardements.
C'est au Centre national des ponts de secours (CNPS) de Chaumes-en-Brie (Seine-et-Marne) que sont préparés et chargés sur camions militaires ces "ponts Bailey", du nom de l'ingénieur britannique Donald Bailey qui les avait mis au point.
Le but était alors de faciliter le mouvement des troupes sur les routes dévastées au cours de la seconde guerre mondiale.
Donald Bailey avait donc imaginé, sur le modèle du meccano, des assemblages de modules (poutres métalliques) de 3 mètres de long chacun, qui peuvent atteindre 5 mètres chacun, qui se boulonnent les uns aux autres.
"Chaque pont assemblé compte près de 500 pièces, et peut supporter tout tonnage autorisé par le code de la route", souligne un responsable du CNPS.
Principal atout de ces ponts en kit : ils peuvent être montés de main d'homme (équipes de 10 à 15 personnes pendant une semaine) sans engin de levage lourd.
Bien qu'ils aient soixante ans, ils sont en parfait état et pleinement opérationnels, souligne-t-on au ministère des Transports. Tout le matériel, soigneusement rangé à Chaumes-en-Brie, est en reconditionnement constant afin d'être immédiatement monté et démonté, chaque fois que les circonstances le demandent, notamment pour des inondations.
L'acheminement de ces ponts se fait par la route vers Toulon, lieu de départ par bateaux pour le Liban.
Le CNPS est la seule structure de ce type en Europe.