Liban: Un attentat à la voiture piégée fait au moins huit morts à Beyrouth

CONFLIT Et 78 blessés, selon un premier bilan...

M.Gr. avec AFP
— 
Au moins huit personnes ont été tuées et 78 autres blessées dans l'attentat à la voiture piégée qui a secoué le secteur est de Beyrouth vendredi, a rapporté l'Agence nationale d'information (ANI).
Au moins huit personnes ont été tuées et 78 autres blessées dans l'attentat à la voiture piégée qui a secoué le secteur est de Beyrouth vendredi, a rapporté l'Agence nationale d'information (ANI). — Patrick Baz afp.com

Un attentat à la voiture piégée a secoué ce vendredi le secteur est de Beyrouth, faisant fait huit morts et 78 blessés, selon un nouveau bilan rapporté par l'agence de presse libanaise. Un précédent bilan, dressé par  le responsable des opérations de la Croix-Rouge, Georges Kettané,  faisait état d'au moins 37 personnes blessées dans l'explosion près de  la place Sassine, dans le quartier chrétien d'Achrafieh.

Un  photographe de l'AFP a vu deux immeubles dévastés. Un immeuble était en  feu et les volontaires de la Croix-Rouge faisaient sortir des blessés, le  visage ou le corps ensanglanté. Des passants sous le choc était en  pleurs. Des balcons étaient à moitié effondrés, des vitres brisées  jonchaient le sol. Les pompiers et des membres de la défense civile  entrent dans les immeubles à la recherche des victimes.

Images de destructions énormes

«Nous avons entendu une puissante explosion. Nous avons senti le sol trembler sous nos pays», a affirmé Roland, 19 ans. Les télévisons libanaises ont montré des images de destructions énormes,  avec des débris dans les rues et des carcasses de voitures calcinées. L'armée et le ministre de l'Intérieur, Marwan Charbel, sont arrivés sur place.

On ignore si cet attentat, survenu dans une rue abritant les locaux des Phalanges chrétiennes, visait un responsable politique. Le Liban, où les plus hautes fonctions sont réparties selon des critères confessionnels, est en proie à des tensions entre partisans et adversaires du président syrien Bachar al-Assad. Ce dernier, dont le régime a longtemps exercé une tutelle de fait sur le Liban, est confronté dans son pays à un soulèvement armé.

«Que l'Etat protège les citoyens»

Amine Gemayel, président des Phalanges et adversaire résolu du président syrien, a condamné cet attentat. «Que l'Etat protège les citoyens. Nous ne tolérerons aucune procrastination en la matière, nous ne pouvons pas continuer ainsi. Nous mettons en garde depuis un an. Assez», a dit Amine Gemayel, dont le frère Pierre a été assassiné en novembre 2006.

Le dernier attentat dans la région de Beyrouth remonte à janvier 2008, lorsqu'un officier des renseignements libanais, le capitaine Wissam Eid, a été assassiné dans un attentat à la voiture piégée près de la capitale libanaise.  Cet attentat survient alors que la guerre fait rage entre les rebelles  et les troupes du régime en Syrie voisine, autrefois puissance de  tutelle au Liban.


<object classid="clsid:D27CDB6E-AE6D-11cf-96B8-444553540000"   codebase="http://fpdownload.macromedia.com/get/flashplayer/current/swflash.cab"><param name="movie" value="http://player.ooyala.com/player.swf?embedCode=1rd2w5Njr1zOU4vMPa74ifhIkw0WrcF8&version=2" /><param name="allowScriptAccess" value="always" /><param name="allowFullScreen" value="true" /><param name="flashvars" value="embedType=noscriptObjectTag&embedCode=1rd2w5Njr1zOU4vMPa74ifhIkw0WrcF8" /><embed    src="http://player.ooyala.com/player.swf?embedCode=1rd2w5Njr1zOU4vMPa74ifhIkw0WrcF8&version=2" align="middle" play="true" loop="false" allowscriptaccess="always" allowfullscreen="true" type="application/x-shockwave-flash" flashvars="&embedCode=1rd2w5Njr1zOU4vMPa74ifhIkw0WrcF8" pluginspage="http://www.adobe.com/go/getflashplayer"></embed></object>

Si la vidéo ne démarre pas, cliquez ici