La Russie condamnée pour violations des droits en Transnistrie

Avec Reuters
— 

La Russie a été condamnée ce vendredi par la Cour européenne des droits de l'homme pour les discriminations linguistiques subies par la population roumanophone de Transnistrie, une région séparatiste de Moldavie soutenue par Moscou.

Dans des arrêts précédents relatifs à cette région, la Moldavie avait été jugée coresponsable des situations dénoncées, mais cette fois seule la responsabilité de la Russie est retenue par la Cour, quand bien même elle reconnaît qu'elle n'a pas influé directement sur la politique linguistique des autorités de Transnistrie.

«Du fait que la République moldave de Transnistrie (non reconnue par la communauté internationale) n'aurait pu survivre sans le soutien militaire, économique et politique continu de la Russie, celle-ci est responsable de l'atteinte au droit des requérants à l'instruction», déclarent les juges de Strasbourg.

Les 170 requérants, anciens élèves et parents d'élèves moldaves roumanophones, avaient été chassés de leurs écoles, faute d'avoir accepté d'utiliser l'alphabet cyrillique rendu obligatoire pour les trois langues utilisées en Transnistrie, le russe, l'ukrainien et le moldave-roumain. La Russie devra verser 6.000 euros à chacun d'entre eux en réparation de leur préjudice moral.