Le Kosovo dit vouloir «normaliser» ses relations avec la Serbie

© 2012 AFP

— 

Le Parlement kosovar a adopté jeudi une résolution soutenant "le processus de normalisation des relations entre deux Etats indépendants et souverains", le Kosovo et la Serbie, et la reprise du dialogue facilité par l'Union européenne (UE).
Le Parlement kosovar a adopté jeudi une résolution soutenant "le processus de normalisation des relations entre deux Etats indépendants et souverains", le Kosovo et la Serbie, et la reprise du dialogue facilité par l'Union européenne (UE). — Armend Nimani afp.com

Le Parlement kosovar a adopté jeudi une résolution soutenant «le processus de normalisation des relations entre deux Etats indépendants et souverains», le Kosovo et la Serbie, et la reprise du dialogue facilité par l'Union européenne (UE). Le Parlement a confié au gouvernement la tâche de mener ces négociations dont les résultats doivent néanmoins respecter «la souveraineté du Kosovo, son intégrité territoriale et son ordre constitutionnel».

Belgrade et Pristina ont entamé ce dialogue sous les auspices de l'UE en mars 2011 et il s'est depuis traduit par plusieurs accords visant à améliorer la vie quotidienne de la population du Kosovo. Ces pourparlers ont été interrompus la veille des élections générales de mai en Serbie.

Conditions imposées par l'UE

«Le Parlement soutient le processus de normalisation des relations entre deux Etats indépendants et souverains, le Kosovo et la Serbie, avec pour but de résoudre les problèmes qui existent entre les deux Etats, d'améliorer la vie des citoyens et d'avancer sur la voie de l'adhésion européenne», précise-t-on dans ce document. La résolution, adoptée par 68 des 120 députés que compte le Parlement, confirme le refus de Pristina de négocier sur le statut du Kosovo qui a unilatéralement proclamé son indépendance de la Serbie en février 2008.

Belgrade rejette fermement l'indépendance du Kosovo et souhaite négocier le futur statut du territoire. La reprise du dialogue et l'obtention de résultats concrets dans la normalisation des relations sont les conditions imposées par l'UE à la fois à Belgrade et à Pristina pour poursuivre leur rapprochement avec le bloc des 27.

La Serbie a obtenu en mars le statut de candidat à l'adhésion, alors que le Kosovo est au tout début du processus d'intégration européenne. Le Kosovo indépendant a été à ce jour reconnu par quelque 90 Etats, dont 22 des 27 pays membres de l'UE et les Etats-Unis.