Le Rwanda devrait entrer au Conseil de sécurité de l'ONU

Avec Reuters

— 

Le Rwanda deviendra probablement jeudi l'un des dix membres non permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, malgré les accusations portées contre son ministre de la Défense qui appuierait le mouvement rebelle M23 en République démocratique du Congo (RDC) voisine. Aucun autre pays africain n'est candidat à ce fauteuil au Conseil de sécurité, actuellement occupé par l'Afrique du Sud.

Le Rwanda doit obtenir les voix des deux tiers des délégués présents à l'Assemblée générale, ce qui est fort probable. Le Conseil de sécurité compte cinq membres permanents - Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie dotés du droit de veto - et dix membres non permanents élus pour deux ans. L'élection de ce jeudi porte sur la période du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2014.

Viol d'un embargo de l'ONU

Selon un récent rapport d'experts des Nations unies, le Rwanda et l'Ouganda continuent, malgré leurs démentis, d'aider les rebelles congolais du M23 dans l'est de la RDC. «Le gouvernement rwandais continue de violer l'embargo (de l'ONU) sur les armes par le truchement d'un soutien militaire direct aux rebelles du M23, en facilitant les recrutements, en encourageant et en facilitant les désertions (au sein de l'armée congolaise) tout en approvisionnant en armes et en munitions et en fournissant des conseils politiques et dans le domaine du renseignement», précise ce rapport que Reuters a pu consulter cette semaine.

Le rapport met notamment en cause le ministre rwandais de la Défense, le général James Kabarebe, présenté comme coiffant de facto la chaîne de commandement du M23. Mercredi, La RDC a réclamé des sanctions internationales contre le Rwanda et l'Ouganda.