Des Chinois dans la rue après la mort d'un conducteur de camion

Avec Reuters

— 

Des milliers de manifestants sont descendus mercredi dans les rues de Luzhou, une ville du sud-ouest de la Chine, après qu'un chauffeur de camion a été, selon eux, battu à mort par la police, ont rapporté des habitants. Les médias officiels ont cependant démenti toute violence policière, expliquant que l'homme était décédé après un malaise.

Des photos ainsi qu'une vidéo diffusées sur le populaire site de microblogging China Weibo montrent le corps d'un homme affalé sur le sol près d'un camion, tandis que des policiers tentent d'empêcher les badauds de s'approcher. Les photos n'ont pas pu être authentifiées de manière indépendante et le gouvernement de Luzhou, ville de la province du Sichuan, n'a pas pu être joint dans l'immédiat.

Voitures de police incendiées

Des habitants contactés par téléphone ont dit avoir appris que des policiers chargés de réguler la circulation routière avaient battu à mort un chauffeur de camion après une querelle. «Les gens sont très en colère contre ça et ils sont dans la rue pour exprimer leur colère», a déclaré un habitant du quartier de Hongxingcun, théâtre des événements, qui n'a cependant pas assisté directement à la scène.

La patronne d'un restaurant local, Mme Wang, a déclaré que plusieurs centaines de personnes étaient descendues dans la rue. De nouvelles photos diffusées sur Weibo plus tard dans la soirée montrent des voitures de police renversées, dont certaines ont été incendiées. Les médias officiels ont annoncé jeudi que cinq voitures de police avaient été incendiées et 20 personnes écrouées.

L'agence officielle Chine nouvelle a démenti les accusations portées à l'encontre des policiers, disant que le conducteur s'était «subitement senti mal» lors d'une rixe avec la police au sujet de l'endroit où garer son véhicule. Le Parti communiste chinois (PCC) tente de contenir les manifestations avant l'ouverture le 8 novembre de son XVIII congrès, qui doit mettre en selle une nouvelle génération de dirigeants. Près de 90.000 «incidents de masse» -émeutes, manifestations, pétitions et autres troubles- se sont produits en Chine en 2009, selon une étude réalisée en 2011 par des chercheurs de l'Université de Nankai.