Des experts plaident pour une réaction d'urgence à la marée noire au Liban

— 

Des experts internationaux et des ministres des pays de la Méditerranée orientale ont souligné l'urgence d'une mobilisation internationale pour faire face à la marée noire dans la région provoquée par le conflit au Liban, à l'issue d'une réunion jeudi au Pirée, le port d'Athènes.
Après la cessation des hostilités, "il faut que nous avancions le plus rapidement possible", a déclaré lors d'une conférence de presse Achim Steiner, directeur exécutif du Programme des Nations unies pour l'Environnement (PNUE).
"Il faut d'abord identifier l'ampleur de la pollution puis mettre en place les mécanismes de coordination et de soutien (au Liban) en matière d'équipements et d'experts, et surtout en matière financière", a-t-il relevé.
Le plan d'action examiné au cours de cette réunion, visant également à éviter que la marée noire ne gagne d'autres pays, doit "coûter au moins 5O millions d'euro, une estimation minimale qui sera rectifiée quand nous connaîtrons les besoins en nettoyage", a-t-il ajouté.
L'Opec (Organisation des pays producteurs de pétrole) fournira une contribution financière immédiate de 200.000 dollars, a-t-il indiqué. La Commission européenne examine pour sa part l'octroi de 10 millions d'euros, a indiqué une de ses représentantes, Pia Bucella.
"Aujourd'hui encore, on ne peut pas dire avec certitude quelle est l'ampleur de la marée noire", a ajouté M. Steiner, qualifiant toutefois cette pollution "d'accident majeur" pour la Méditerranée.
Selon le PNUE, de 10.000 à 15.000 tonnes de pétrole se sont répandues en mer après le bombardement israélien à la mi-juillet des cuves de la centrale électrique libanaise de Jiyé, à 30 km au sud de Beyrouth.
Les ministres libanais et chypriote de l'Environnement, Yacoub Sarraf et Photis Photiou, le ministre turc des Transports, Binali Yildirim, le ministre grec de la Marine Marchande Manolis Kefaloyannis et le directeur général du ministère syrien de l'Envrionnement Akram Khoun participaient à la réunion, au côté notamment du secrétaire général de l'Organisation maritime internationale (OMI), Efthymios Mitropoulos.