Craintes sur les batteries d'ordinateur portable

— 

Le gouvernement présente jeudi aux partenaires sociaux son projet de loi sur la participation, et promet une véritable "concertation" sur ce texte, loin de faire l'unanimité, notamment parmi les syndicats.
Le gouvernement présente jeudi aux partenaires sociaux son projet de loi sur la participation, et promet une véritable "concertation" sur ce texte, loin de faire l'unanimité, notamment parmi les syndicats. — Jochen Luebke AFP/Archives

Attention aux batteries de vos ordinateurs portables. C’est le message, à peine subliminal, qui accompagne cette information : Dell vient de lancer cette semaine le plus important rappel de produit potentiellement défectueux. 4,1 millions d’ordinateurs sont concernés 2,7 millions aux Etats-Unis, 1, 4 million ailleurs. Pour vérifier si votre ordinateur est dans le lot, il faut aller sur le site en français spécialement mis en place pour l’occasion.

Dans l’industrie de la micro-informatique, cette affaire ne fait rire personne. En premier lieu, elle est certes un record, mais dans une tendance lourde : en octobre 2004, le fabricant de téléphone portable Kycoera avait rappelé un million d’appareils, établissant un solide précédent. Au cours des douze derniers moins, les rappels pour batteries suspectes ont été légion ; 250.000 pour Fujitsu-Siemens, 128.000 pour Apple, 22.000 pour Dell (déjà), 15.700 pour HP. Dell affirme ne reconnaît que six incidents, mais d’autres témoignages publiés par la presse américaine font état de plus d’une centaines d’incidents (surchauffe, voir début d’incendie). La décision est en tout cas coûteuse en image et en logistique même si Sony, le fabricant des batteries en cause, devrait prendre en charge l’essentiel des 300 millions de dollars de la facture.

Outre le « trend », un autre facteur inquiète les spécialistes. Plus les ordinateurs se perfectionnent, plus il est demandé de « jus » aux batteries. Un article du New York Times sur les limites physiques auxquelles les fabricants de batteries sont confrontés résume bien le problème : face à la loi de Moore, qui veut que la puissance des microprocesseurs double (en gros) tous les dix-huit mois, la capacité des batteries augmente de seulement 5 à 8% par an !

Enfin, plus les ordinateurs sont petits, moins les batteries sont refroidies. Elles se trouvent donc plus brûlantes que jamais, dans un espace toujours plus confiné (chacun a pu faire l’expérience du « laptop » qui chauffe sérieusement les cuisses...)

Les manufacturiers cherchent donc par tous les moyens à rendre les batteries plus performantes. Or, toute la technologie tourne autour de la chimie. Avec, comme dernière mouture largement répandue, les lithium-ion (explications en français ici) qui réclament un processus de fabrication très élaboré. Quelques particules de métal au mauvais endroit et l’ensemble devient instable. En février dernier, un chargement de batteries au lithiuim-ion est suspecté dans une catastrophe aérienne évitée de justesse lorsqu’un avion-cargo de UPS a pris feu au moment de sa descente (l’avion a brûlé au sol, personne n’a été blessé). Et les récits sont nombreux d’ordinateurs de toutes marques qui ont pris feu subitement. C’est donc le principe de précaution qu’a voulu appliquer Dell avec son rappel record de 4 millions de batteries.

Cet article a été rédigé sur un PowerBook G4 dont la température de batterie est montée à 36,1° et celle du processeur à... 60,5°. C’est beaucoup, non ?

Frédéric Filloux