Nucléaire: L'Iran offre à nouveau de négocier sur l'enrichissement à 20%

Reuters

— 

L'Iran s'est dit prêt samedi à négocier l'arrêt de ses activités d'enrichissement de l'uranium à 20% s'il obtient la garantie qu'on lui livrera du combustible pour son réacteur de recherches nucléaires de Téhéran.

Cette proposition, formulée par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a déjà été avancée par Téhéran comme gage de souplesse dans les discussions sur son programme nucléaire, soupçonné de visées militaires par Israël et les Occidentaux.

Depuis qu'ils ont repris en avril, les pourparlers entre l'Iran et les six puissances impliquées dans le dossier - Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, Allemagne - n'ont guère progressé et les sanctions occidentales contre Téhéran ont été renforcées.

«Si une garantie est fournie de livrer le combustible à 20% pour le réacteur de recherches de Téhéran, nos responsables sont prêts à entamer des discussions sur l'enrichissement à 20%», a déclaré le porte-parole du ministère, Ramin Mehmanparast lors d'un déplacement au Kazakhstan, selon la chaîne anglophone officielle Press TV.

Dans l'hebdomadaire allemand Der Spiegel de cette semaine, le chef de la diplomatie iranienne, Ali Akbar Salehi, déclarait déjà: «Si notre droit à l'enrichissement est reconnu, nous sommes prêts à offrir un échange. Nous limiterions volontairement l'ampleur de notre programme d'enrichissement mais en retour, il nous faudrait une livraison garantie des combustibles adéquats en provenance de l'étranger.»

Au coeur de la querelle, l'Iran réclame la levée des sanctions économiques avant l'arrêt de ses activités d'enrichissement, ce que les Américains et leurs alliés européens rejettent.