Syrie: L'aviation bombarde des rebelles à l'assaut d'une base clé

© 2012 AFP

— 

Sur le terrain, des avions militaires syriens bombardaient samedi matin des rebelles pour défendre une base stratégique dans la province d'Idleb (nord-ouest), rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), faisant état de 20 blessés parmi les insurgés.
Sur le terrain, des avions militaires syriens bombardaient samedi matin des rebelles pour défendre une base stratégique dans la province d'Idleb (nord-ouest), rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), faisant état de 20 blessés parmi les insurgés. — Tauseef Mustafa afp.com

Des avions militaires syriens bombardaient samedi matin des rebelles qui attaquaient une base stratégique dans la province d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), faisant état de 20 blessés parmi les insurgés.

«Les rebelles tentaient une nouvelle fois de prendre d'assaut la base de Wadi Deif, près du village de Maarchamsa, quand ils ont été bombardés par un MiG du régime», a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, président de l'OSDH, organisation s'appuyant sur un large réseau de militants et médecins sur place.

«Plus de 20 blessés, dont trois graves, ont été transportés dans un hôpital de fortune», a-t-il précisé.

Muliplication des fronts

La base de Wadi Deif est la plus importante de l'armée dans la région de Maaret al-Noomane, ville stratégique au sud d'Alep tombée en début de semaine aux mains des rebelles. Avec cette victoire, les rebelles sont parvenus à couper l'axe reliant Damas à Alep, empêchant ainsi l'acheminement de renforts de l'armée vers la métropole du Nord, théâtre depuis mi-juillet d'une bataille cruciale entre rebelles et troupes du régime.

Selon les experts, l'armée syrienne est affaiblie par la multiplication des fronts à travers le pays et les attaques des insurgés qui coupent les routes d'approvisionnement.

D'après eux, la supériorité militaire et notamment aérienne de l'armée régulière lui permet de ralentir la progression de la rébellion mais pas de l'écraser.