Afrique: François Hollande rencontrera le président Kabila ce samedi

MONDE Le chef d'Etat est arrivé ce samedi à Kinshasa, en RDC...

© 2012 AFP

— 

Une vingtaine de chefs d'Etat et de gouvernement "ayant le français en partage" doivent ouvrir, samedi matin, le 14e sommet de la Francophonie à Kinshasa, et s'y pencher, à huis clos, sur deux crises africaines: le conflit dans l'Est de la RDC et l'occupation du Nord-Mali.
Une vingtaine de chefs d'Etat et de gouvernement "ayant le français en partage" doivent ouvrir, samedi matin, le 14e sommet de la Francophonie à Kinshasa, et s'y pencher, à huis clos, sur deux crises africaines: le conflit dans l'Est de la RDC et l'occupation du Nord-Mali. — Bertrand Langlois afp.com

Le président français François Hollande est arrivé ce samedi matin à Kinshasa, RDC pour participer au 14e sommet de la Francophonie. Le président français a été accueilli à l'aéroport par le Premier ministre, Augustin Matata Mponyo.

Accompagné de sa compagne Valérie Trierweiler, le président français est descendu à 6h15 (5h15 GMT) de l'avion présidentiel avec lequel il repartira samedi soir pour la France.

Une situation «tout à fait inacceptable»

Il doit rencontrer en début de matinée le président Kabila puis des représentants de l'opposition et de la société civile congolaise. Il prendra la parole en fin de matinée devant les chefs d'Etat venus participer au 14e sommet de la Francophonie. En fin d'après-midi, après une brève conférence de presse, il rencontrera le chef historique de l'opposition, Etienne Tshisekedi.

Avant d'arriver à Kinshasa, le président français a affirmé lors d'une conférence de presse qu'en RDC la situation était «tout à fait inacceptable sur le plan des droits, de la démocratie, et de la reconnaissance de l'opposition» et qu'il comptait en parler au chef de l'Etat congolais.

Vendredi à Dakar, devant l'Assemblée nationale sénégalaise, le président français a annoncé «la fin de la Françafrique, sa foi en l'avenir du continent noir, de son économie et de sa jeunesse et sa volonté d'entretenir avec lui une relation "sincère"».