L'enquête sur les attentats déjoués à Londres

— 

L'enquête qui a permis de déjouer les attentats contre des avions de ligne en vol transatlantique a débuté voici un an, après les attentats contre le métro de Londres. Voici ses principales étapes, selon la presse britannique et des sources officielles :

- Juillet 2005: Après les attentats de Londres (56 morts), un membre de la communauté musulmane informe la police britannique des activités suspectes de l'une de ses connaissances. Ce renseignement mène les enquêteurs sur la piste du complot.

- Commence alors, selon le Financial Times, la "plus importante opération de surveillance antiterroriste menée en Grande-Bretagne" par des policiers infiltrés et le contre-espionnage.
Plusieurs centaines d'enquêteurs surveillent les communications et les mouvements bancaires d'une cinquantaine de suspects sur trois continents.
Certains se rendent au Pakistan pour lever des fonds, recruter des complices et améliorer leur projet, d'autres téléphonent aux Etats-Unis.
D'après les médias britanniques, c'est un transfert massif de fonds en provenance du Pakistan, destiné semble-t-il à l'achat de billets d'avion, qui alerte les autorités britanniques et déclenche les arrestations.

- Dans la semaine du 31 juillet au 6 août, sept suspects sont interpellés au Pakistan dont deux Britanniques d'origine pakistanaise. Un responsable pakistanais affirme que ces derniers étaient "parfaitement" au courant du complot.

- Scotland Yard intercepte et décode un message adressé aux suspects leur enjoignant d'agir "maintenant". La police décide d'agir afin d'éviter un massacre.

- 24 suspects sont arrêtés dans la nuit du mercredi au jeudi 10 août à Londres, High Wycombe (ouest de Londres) et Birmingham (centre de l'Angleterre). Agés de 17 à 35 ans, ils sont Britanniques et principalement originaires du Pakistan.

- Le projet d'attentat est révélé jeudi matin par le Royaume-Uni qui se place aussitôt en état d'alerte maximale. Des mesures de sécurité exceptionnelles sont adoptées qui provoquent le chaos dans tous les aéroports du pays et le ciel européen.
Selon plusieurs experts, seul le réseau Al-Qaïda d'Oussama ben Laden dispose de l'ambition et des moyens de mener à bien un projet aussi spectaculaire.

- Dans la nuit du jeudi au vendredi 11 août, la Banque d'Angleterre gèle les comptes de 19 des 24 suspects arrêtés.
Cinq autres suspects sont "activement recherchés". Parmi eux figure Matiur Rehman, 29 ans, chef présumé d'Al-Qaïda au Pakistan, présenté comme le cerveau du projet par la chaîne américaine ABC News.