Appels de journalistes italiens pour le cessez-le-feu au Liban

— 

Un groupe de journalistes italiens, envoyés spéciaux ou permanents au Moyen-Orient, ont lancé un appel pour qu'un "cessez-le-feu" dans le conflit entre Israël et le Hezbollah mette fin à la "folie démesurée" et aux "souffrances indicibles de la population".
"Nous, journalistes, témoins de la guerre qui dévaste le Liban et le Moyen-Orient, éprouvons le devoir de relayer l'appel désespéré des enfants, des femmes, des hommes, des blessés, des réfugiés, des malades de cette terre ensanglantée: mais où est le monde? Faites quelque chose pour arrêter cette folie démesurée. Exigez un cessez-le-feu immédiat. Ne restez pas silencieux", écrivent les dix-sept signataires de cet appel, lancé le 5 août.
"Le compte des morts et des blessés est impossible. Les souffrances des populations qui ont échappé jusqu'ici aux massacres sont indicibles. Les dévastations sont inestimables", ajoutent les journalistes.
Parmi eux figurent notamment un envoyé de la chaîne d'information continue Sky TG24, un journaliste du quotidien de la gauche radicale Il Manifesto et les envoyés de La Stampa, de La Repubblica ou du Messaggero.
1.103 personnes, dont plus d'un millier de civils, ont été tuées au Liban au cours des 30 jours de l'offensive israélienne, a annoncé jeudi la Commission des secours du gouvernement libanais. Les bombardements ont fait d'innombrables dégâts aux infrastructures du pays du Cèdre.
38 civils ont été tués en Israël dans les bombardements du Hezbollah depuis le début du conflit, le 12 juillet. 68 militaires israéliens sont morts au combat.