Le Musée national de Bosnie ferme faute de financement

Avec Reuters

— 

Le Musée national de Bosnie-Herzégovine a fermé définitivement ses portes ce jeudi, les autorités n'étant pas parvenues à s'accorder sur son financement. Des centaines de personnes se sont rassemblées devant le bâtiment pour défendre ce qu'elles considèrent comme un symbole culturel.

«Honte ! Honte !», ont crié des étudiants rassemblés devant l'entrée du musée, après que le directeur Adnan Busuladzic a cloué symboliquement deux planches de bois portant l'inscription "Fermé" sur les portes monumentales du bâtiment plus que centenaire. «Nous ne les laisserons pas détruire nos institutions culturelles», a lancé à la foule l'étudiant Ahmed Nurkovic.

«Honte à nos hommes politiques pour avoir laissé le musée, l'institution la plus prestigieuse de cet Etat et qui n'a pas fermé un seul jour durant la guerre, fermer ses portes maintenant, en temps de paix», a déclaré le responsable de la section sur l'histoire de la guerre, Enver Imamovic.

Subvention de deux millions de dollars

Adnan Busuladzic a déclaré que les employés du musée, qui n'ont pas été payés cette année, porteraient plainte contre l'Etat pour négligence. Le fragile gouvernement central ne comprend aucun ministre de la Culture et les deux régions autonomes considèrent que la responsabilité du musée n'est pas de leur ressort.

Les accords de Dayton, qui ont mis fin à la guerre de Bosnie en décembre 1995, ne précisent pas à qui revient la responsabilité financière des sept institutions culturelles majeures de l'héritage que se partagent Serbes, Bosniaques et Croates de Bosnie.

Chaque année, celles-ci doivent demander une subvention de deux millions de dollars (1,54 million d'euros) au gouvernement central qui répartit cette somme entre les vingt musées, galeries et autres institutions culturelles. Les frais de fonctionnement annuels du Musée national atteignent à eux seuls 900.000 dollars (691.000 euros).

Le musée, situé dans le centre de la capitale Sarajevo et vieux de 124 ans, a survécu à la chute de l'empire austro-hongrois, aux deux guerres mondiales et à l'éclatement de la Yougoslavie.