Philippines: L'ancienne présidente Arroyo de nouveau interpellée

Avec Reuters

— 

L'ancienne présidente des Philippines Gloria Arroyo, accusée de détournement de fonds, a été interpellée ce jeudi, moins de trois mois après avoir été libérée sous caution dans une affaire de fraude électorale.

Arroyo, cette fois soupçonnée d'avoir détourné de l'argent de la loterie nationale, a été arrêtée à l'hôpital militaire où elle avait été admise pour des problèmes de dos. Elle n'ira pas en prison mais restera hospitalisée sous surveillance. La justice reproche à l'ancienne présidente, âgée de 65 ans et qui a dirigé le pays entre 2001 et 2010, d'avoir détourné à son profit personnel un total de 366 millions de pesos (6,8 millions d'euros).

Une volonté de lutter contre la corruption

Un autre ancien chef d'Etat, Joseph Estrada, a été condamné à la prison à vie pour détournement de fonds, avant d'être gracié peu après. Le tribunal chargé des affaires de corruption a déjà ordonné l'arrestation de Gloria Arroyo en mars, ainsi que celles de son mari et de deux autres anciens responsables, pour une seconde affaire, liée à un accord commercial.

L'ancienne chef d'Etat est soupçonnée d'avoir fait pression en faveur d'un accord de 329 millions de dollars (271 millions d'euros) avec l'entreprise chinoise de télécommunication ZTE Corp en 2007. L'actuel président Benigno Aquino a présenté ces enquêtes comme un signe de sa volonté de lutter contre la corruption endémique qui menace l'image des Philippines.