Débat télévisé: «Romney a botté le derrière d'Obama», selon Patrick Dorinson

INTERVIEW Ce stratège républicain décrypte à chaud le débat entre les deux candidats...

Propos recueillis par Philippe Berry

— 

Mitt Romney lors du premier débat présidentiel face à Barack Obama à Denver, dans le Colorado, le 3 octobre 2012.
Mitt Romney lors du premier débat présidentiel face à Barack Obama à Denver, dans le Colorado, le 3 octobre 2012. — J.REED/REUTERS

De l'avis de beaucoup d'observateurs, Mitt Romney a remporté le premier débat présidentiel, mercredi soir. Le stratège républicain Patrick Dorinson décrypte les échanges.

>> Pour le point de vue d'un expert démocrate, c'est ici

 

Qui a remporté le débat?

Romney. Il a botté le derrière d'Obama, pour être poli. Il est venu préparé. Il était à la fois décontracté et agressif. Il a livré de très loin sa meilleure performance, sans faire de gaffe. En face, Obama avait l'air fatigué, sans énergie, sans idée. Il avait l'air surpris, presque choqué, que quelqu'un ose l'attaquer.

 

L'impression visuelle compte-t-elle plus que le fond?

Absolument. Quand quelqu'un vous attaque, vous le regardez en face, droit dans les yeux, d'homme à homme. Puis vous expliquez pourquoi il a tort. Pendant tout le temps, Obama prenait des notes en regardant ses pieds.

 

Mitt Romney n'a pas été très précis...

Des précisions sur quoi? Les candidats front des promesses qu'ils ne tiennent pas. En 2008, Obama avait donné des détails pour réduire les déficits. Ils ont explosé. Le plus important dans un débat, c'est de détailler sa philosophie. Romney a bien bien réussi à mettre en avant son expérience de gouverneur dans le Massachusetts, où il a mis tout le monde autour de la table pour trouver des solutions et aller de l'avant. Il veut faire des coupes drastiques dans les dépenses et diminuer le rôle du gouvernement pour donner plus de pouvoir aux citoyens. Ronald Reagan a été l'architecte du «futur de l'Amérique» mais il n'a pas pu mener à bien toutes les réformes nécessaires. Romney pourrait être celui qui les met en application.

 

A-t-il convaincu les indécis?

Il faudra voir dans les prochains jours et lors des futurs débats. Sa bonne performance devrait au moins faire taire ceux qui doutaient de sa capacité à être président. La dernière ligne droite va être au coude à coude.