Syrie: La Turquie poursuit sa riposte et saisit le Conseil de sécurité

MONDE Les bombardements turcs ont déjà tué plusieurs soldats syriens...

E.O., avec agences

— 

Plusieurs soldats syriens ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi par des bombardements de l'armée turque visant une position de l'armée syrienne à la frontière entre la Syrie et la Turquie, selon une ONG syrienne.
Plusieurs soldats syriens ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi par des bombardements de l'armée turque visant une position de l'armée syrienne à la frontière entre la Syrie et la Turquie, selon une ONG syrienne. — afp.com

L'armée turque a bombardé ce jeudi matin des positions de l'armée syrienne à la frontière entre les deux pays, en représailles à des tirs d'obus syriens qui ont tué 5 civils turcs mercredi dans un village frontalier, a indiqué à l'AFP une source de sécurité.

«Des tirs d'artillerie ont repris à 3h GMT (5h heure de Paris) ce matin (jeudi)», a précisé cette source sous couvert d'anonymat. Les tirs turcs s'étaient poursuivis tout au long de mercredi soir vers le territoire syrien. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), plusieurs soldats syriens ont été tués dans ces bombardements. «Plusieurs soldats syriens» ont été tués dans la nuit de mercredi à ce jeudi par des bombardements de l'armée turque visant une position de l'armée dans la région de Rasm al-Ghazal, près de la ville de Tall al-Abyad, a indiqué cette ONG.

Réunion du Parlement à 9h

Les tensions entre la Syrie et la Turquie ont connu une brusque escalade mercredi soir lorsque plusieurs obus ont frappé la localité turque d'Akçakale, située juste en face du poste-frontière syrien Tall al-Abyad, récent théâtre de combats entre les troupes fidèles au président syrien Bachar al-Assad et les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL).

Le Parlement turc doit se réunir jeudi à 7h GMT (9h heure de PAris) pour débattre d'une autorisation permettant au gouvernement turc de mener directement des opérations militaires en territoire syrien.

Un communiqué de l'ONU attendu

La Turquie a également demandé mercredi au Conseil de sécurité des Nations unies de prendre «les mesures nécessaires» pour faire cesser «l'agression» syrienne après la mort de cinq civils turcs. Selon des diplomates de l'ONU, le Conseil de sécurité pense publier ce jeudi une déclaration non contraignante condamnant le tir de mortier de la Syrie «dans les termes les plus fermes» et exigeant la cessation des atteintes à la souveraineté territoriale de la Turquie

Le communiqué était d'abord attendu pour mercredi soir, mais la Russie a demandé un délai, apprend-on de source diplomatique.

L'incident, le plus grave depuis la destruction d'un avion turc par la défense antiaérienne syrienne en juin, a été fermement condamné par l'Otan et les Etats-Unis qui ont affiché leur solidarité avec Ankara, pays membre de l'Alliance atlantique. La Turquie, qui appelle au départ du président syrien Bachar al-Assad, soutient les rebelles et accueille des réfugiés syriens.