Les interruptions de production de pétrole actuelles dans le monde

— 

La fermeture du plus important champ pétrolier des Etats-Unis, annoncée le week-end dernier, allonge la liste des interruptions de production que connaissent actuellement de nombreux pays producteurs d'or noir.
Qu'elles soient le résultat de sabotages, d'un contexte géopolitique troublé, de fuites, d'accidents, d'intempéries, de retards dans de nouveaux projets ou du déclin naturel de certains champs, elles ont toutes pour conséquence l'accentuation de la flambée des cours du brut.

Voici ci-dessous les principales interruptions, détaillées par des analystes du marché pétrolier:

ETATS-UNIS
- Alaska: 400.000 barils par jour, soit 8% de la production totale américaine, ne sont plus produits à cause de la fermeture du champ de Prudhoe Bay, le plus important des Etats-Unis, annoncée le week-end dernier par le groupe britannique BP après la découverte d'une fuite sur un oléoduc.
- Golfe du Mexique: 180.000 barils par jour manquent toujours à l'appel, soit 12% de la production de la région, en raison des dommages causés pendant l'été 2005 par les cyclones Katrina et Rita. Ces ouragans ont aussi retardé de plus d'un an la mise en route de la plateforme Thunder Horse, de BP, d'une capacité de 250.000 barils par jour.

NIGERIA
Environ 800.000 barils par jour, soit 30% de la production du pays, manquent à l'appel en raison d'attaques menées par des militants séparatistes depuis le début de l'année et d'une fuite sur un oléoduc survenue fin juillet. Le groupe anglo-néerlandais Royal Dutch Shell est le plus touché.
Plusieurs projets ont été retardés, à l'instar du champ Bonga en eaux profondes, qui doit fournir plus de 200.000 barils par jour.

IRAK
Le pays a produit près de 2,2 millions de barils par jour (mbj) en juillet, soit encore 300.000 barils par jour de moins qu'avant le début de la guerre en mars 2003.

MEXIQUE
Le champ Cantarell, le deuxième plus important du pays, produit 7% de moins qu'au début de l'année, soit 2,1 mbj, en raison de son vieillissement. Sa production devrait tomber à 1,9 mbj cette année et 1,4 mbj en 2008 voire, dans le pire des cas, chuter à 520.000 barils par jour d'ici à 2008, selon la compagnie d'Etat Pemex.

VENEZUELA
Le pays produit environ 2,5 mbj, soit 400.000 barils par jour de moins qu'avant la grande grève de décembre 2002 à janvier 2003.

INDONESIE
Le pays a produit 900.000 barils par jour en juillet, un plus bas depuis 35 ans, en raison de problèmes techniques et d'opérations de maintenance.

NORVEGE
La production du troisième exportateur mondial a reculé à 2,26 mbj en juin, contre 2,8 mbj en mai, en raison d'une grève de plus d'un mois dans le secteur parapétrolier et de travaux de maintenance.

RUSSIE
La production est réduite par la mise en liquidation par la justice de l'ex-géant pétrolier Ioukos et par les retards pris dans le projet Sakhaline-1, dans l'Extrême-Orient russe, d'une capacité de 250.000 barils par jour.