Attaque de Benghazi: Les représentants diplomatiques américains avaient sollicité plusieurs fois des renforts

Avec Reuters
— 

Les représentants diplomatiques américains en Libye avaient sollicité à  plusieurs reprises un renforcement de la sécurité au consulat de Benghazi, avant  l'attaque qui a coûté la vie à l'ambassadeur Christopher Stevens et trois de ses  compatriotes.

Deux élus de la Chambre des représentants l'affirment dans une lettre ouverte  à la secrétaire d'Etat Hillary Clinton. «Plusieurs responsables du gouvernement fédéral des Etats-Unis ont confirmé  (...) que la mission américaine en Libye avait demandé à plusieurs reprises,  avant l'attaque du 11 septembre, que la sécurité à Benghazi soit améliorée»,  écrivent Darrell Issa, président de la commission de la surveillance et de la  réforme du gouvernement, et Jason Chaffetz, qui supervise la section du groupe  consacrée à la sécurité nationale, à la défense du territoire et aux opérations  à l'étranger.

«La mission en Libye s'est vu refuser ces ressources par des  responsables de la Maison blanche»

«La mission en Libye, toutefois, s'est vu refuser ces ressources par des  responsables de la Maison blanche», ajoutent les deux élus républicains. Le département d'Etat s'est abstenu de tout commentaire, dans l'attente des  résultats de plusieurs enquêtes en cours, dont l'une est menée par le FBI. Le Renseignement national (DNI), qui chapeaute tous les services de  renseignement aux Etats-Unis, a reconnu vendredi un changement d'opinion au  sujet de l'attaque, initialement présentée comme un manifestation spontanée  contre la vidéo islamophobe L'innocence des musulmans.

Les services de renseignement considèrent désormais l'assaut comme un acte «terroriste délibéré et organisé», ce qui attise les critiques du camp  républicain contre ce qu'il présente comme le manque de préparation de  l'administration démocrate de Barack Obama face à ce type d'attaques.