Polémique: Günter Grass fait l'éloge du dénonciateur du programme nucléaire israélien

© 2012 AFP

— 

Le prix Nobel de littérature allemand, Günter Grass, persona non grata en Israël, a loué dans un nouveau poème Mordehai Vanunu, le divulgateur du nucléaire israélien, ce que la presse allemande percevait dimanche comme une nouvelle provocation à l'égard de l'Etat hébreu.
Le prix Nobel de littérature allemand, Günter Grass, persona non grata en Israël, a loué dans un nouveau poème Mordehai Vanunu, le divulgateur du nucléaire israélien, ce que la presse allemande percevait dimanche comme une nouvelle provocation à l'égard de l'Etat hébreu. — Marcus Brandt afp.com

Le prix Nobel de littérature allemand, Günter Grass, persona non grata en Israël, a loué dans un nouveau poème Mordehai Vanunu, le divulgateur du nucléaire israélien, ce que la presse allemande percevait ce dimanche comme une nouvelle provocation à l'égard de l'Etat hébreu.

Dans un nouveau recueil de 87 poèmes intitulé Ephémères, sorti ce week-end en Allemagne, le poète allemand de 84 ans considère Mordehaï Vanunu comme un «héros» et un «modèle», selon des extraits du poème «Un héros de notre temps» publiés par l'agence allemande DPA.

Ancien technicien atomiste accusé d'«espionnage», Mordehaï Vanunu, 57 ans, a été incarcéré plus de 18 ans -dont 11 ans d'isolement- pour avoir révélé des secrets sur le nucléaire en Israël à l'hebdomadaire londonien The Sunday Times.

Il n'est pas autorisé à quitter le sol israélien ni, en principe, à rencontrer des étrangers.

Un passé très présent

«C'est ce qu'on appelle un héros, qui espérait servir son pays, en apportant la vérité», écrit Günter Grass.

«Je suis très heureux d'être dans la ligue de Gunter Grass. Vanunu (sic) serait heureux d'obtenir le titre de persona non grata du ministère de l'Intérieur d'Israël et comme ça, on pourrait m'expulser d'Israël», a déclaré à l'AFP Mordehaï Vanunu, s'exprimant en anglais car il refuse de parler hébreu.

Interrogé par l'AFP, le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Yigal Palmor, a moqué la dernière livraison de l'écrivain allemand.

En 2006, le Nobel de littérature 1999, connu pour ses positions de gauche, avait reconnu avoir fait partie dans sa jeunesse des Waffen SS, unité d'élite du régime nazi d'Adolf Hitler, lui qui avait souvent renvoyé l'Allemagne à son passé nazi.