Les Chabaab somaliens se retirent de leur fief de Kismayo

Reuters

— 

Les rebelles islamistes somaliens d'Al Chabaab ont annoncé ce samedi s'être retirés dans la nuit du port de Kismayo, leur dernier grand fief dans le sud du pays, attaqué la veille par les troupes kényanes et somaliennes.

«Nous avons retiré nos combattants (...) de Kismayo à partir de minuit», a déclaré Ali Mohamud Rage, un porte-parole des rebelles, tout en menaçant de contre-attaquer. «Les ennemis ne sont pas encore entrés dans la ville. Laissons-les entrer dans Kismayo qui se transformera vite en champ de bataille», a-t-il dit. Les habitants ont confirmé le départ, dans la nuit, des miliciens islamistes.

A la mi-journée, les soldats kényans avaient pris possession de la moitié nord de la ville, selon le colonel Cyrus Oguna, porte-parole de l'armée. L'état-major kényan signale en outre la mort de deux cadres militaires régionaux des Chabaab, vendredi soir dans des bombardements aériens, et de cinq de leurs hommes dans les combats qui ont suivi, mais la milice assure n'avoir subi aucune perte.
Des pillages ont par ailleurs été signalés dans certains quartiers.

«Nous sommes terrifiés»

«Al Chabaab n'est pas mort, on s'inquiète donc pour la suite», a déclaré Ali Hussein, un habitant.
Selon des témoignages, un homme célébrant ouvertement le départ des Chabaab a été abattu de plusieurs balles dans la tête par deux hommes masqués. «Nous sommes terrifiés, tout le monde à Kismayo garde le silence. Nous avons peur de parler au téléphone quand on sort», a déclaré Halima Nur, une mère de trois enfants.

Le gouvernement somalien a affirmé pour sa part contrôler désormais Kismayo et a invité ses habitants à coopérer avec les services de police et les forces de l'Amisom pour renforcer la sécurité.
«Les forces armées somaliennes ont pris le contrôle, avec l'aide de l'Amisom, de la ville portuaire de Kismayo qui était depuis près de trois ans sous l'emprise du groupe terroriste Al Chabaab», lit-on dans un communiqué officiel publié à Mogadiscio.

Selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), 13.000 personnes ont fui Kismayo, qui compte environ 200.000 habitants, depuis que l'armée kényane a commencé à pilonner des positions d'Al Chabaab dans la ville, début septembre.

Al Chabaab, qui a fusionné officiellement avec Al Qaïda en février, perd un à un ses bastions depuis un an sous la pression conjuguée des forces de l'Union africaine (Amisom) et des troupes gouvernementales somaliennes.

Le Kenya a envoyé son armée en Somalie en octobre dernier après une série de raids transfrontaliers visant les forces de sécurité kényanes ou des touristes étrangers.