François Hollande s'est rendu à «Ground Zero»

Avec Reuters

— 

François Hollande a profité de sa visite à New York mardi pour se rendre sur le site de «Ground zero» et saluer la mémoire des victimes des attentats du 11 septembre 2001 dont il a dit se souvenir très précisément.

«Quand le premier avion s'est fracassé sur la première tour (du World Trade Center), on a cru que c'était un accident pas un acte terroriste», s'est souvenu le chef de l'Etat. «Je me souviens, il y avait une réunion du parti socialiste que je présidais. Il était à ce moment-là 17 heures et nous avons décidé de suspendre toutes les activités», a-t-il raconté, ajoutant que Lionel Jospin qui était Premier ministre à l'époque avait lui aussi interrompu toutes les réunions de son gouvernement. «Quand on a vu cette première tour s'effondrer, ça a été un choc terrible», a-t-il ajouté, disant lui aussi se souvenir des jours qui ont suivi. «Et puis cette mobilisation pendant des jours et des jours avec ce fracas et cet ensemble d'amas, de poussière et de gravats», s'est-t-il encore rappelé.

«C'était très important de revenir ici»

Le site dit de «ground zero» à New York abrite un monument du souvenir là où s'élevaient les tours jumelles du World Trade Center détruites par des avions de ligne détournés par des membres de l'organisation Al-Qaida. «C'était très important de revenir ici et vraiment, je trouve que ce projet, tel qu'il a été pensé et réalisé est un très grand projet, très fort», a encore déclaré François Hollande.

Le chef de l'Etat a fait mardi son baptême du feu onusien à l'occasion de l'Assemblée générale de l'organisation et y a notamment critiqué l'immobilisme sur le dossier syrien. Le chef d'Etat a aussi rencontré la communauté française de New York et apporté un discret mais malicieux soutien à la campagne électorale de Barack Obama.