L'armée libyenne prend le contrôle de deux milices à Benghazi

Reuters

— 

L'armée libyenne a remplacé les chefs de deux des plus puissantes milices de Benghazi par des officiers issus de ses rangs, a annoncé lundi le colonel ayant négocié cet accord. Cette initiative, qui s'inscrit dans le cadre d'une vaste offensive contre ces groupes armés issus de la révolution contre le régime de Mouammar Kadhafi, concerne la brigade du 17-Février et la milice Rafallah al Sahati.

«J'ai dirigé les négociations et nous les avons conclues avec succès», a dit le colonel Salah Bouhlaïga à Reuters. «Nous avons pris le commandement de ces deux grandes milices», a-t-il ajouté, précisant qu'elles étaient désormais dirigées par des colonels de l'armée régulière.

Hostilité au sein de la population

L'initiative a été confirmée par le colonel Hamid Hantich, de l'état-major. La brigade du 17-Février, jusqu'alors commandée par Faouzi Boukatif, et Rafallah al Sahati, que dirigeait Ismaïl al Sallabi, disposent de vastes stocks d'armes et gèrent des prisons où elles conservent des détenus en dehors du système judiciaire officiel.

Après le renversement de Mouammar Kadhafi en 2011, ces groupes armés ont contribué à maintenir un semblant de sécurité en l'absence de toute force gouvernementale structurée. Leur liberté d'action suscite toutefois une hostilité grandissante au sein de la population, qui réclame leur dissolution ou leur intégration dans l'armée.

Vendredi, des habitants ont chassé de Benghazi la milice islamiste Ansar al Charia. Cette dernière a été mise en cause dans l'attaque du consulat américain le 11 septembre dans cette ville, qui a coûté la vie à l'ambassadeur Christopher Stevens et à trois autres Américains.