De retour d'exil, le fils de Rafsandjani écroué en Iran

Reuters

— 

Le fils de l'ancien président iranien Akbar Hachemi Rafsandjani, de retour d'exil, a été placé en détention provisoire à la prison Evin de Téhéran où il est accusé d'incitation au trouble à l'ordre public, rapporte l'agence iranienne de presse Isna. Mehdi Hachemi Rafsandjani, qui avait quitté l'Iran lors de la contestation des résultats de l'élection présidentielle de 2009 et de la proclamation de la réélection de Mahmoud Ahmadinejad, est revenu dimanche soir à Téhéran après avoir vécu trois ans en exil en Grande-Bretagne.

Il s'est présenté de lui-même devant un tribunal, qui a ordonné son placement en détention provisoire. Son avocat n'a pas été autorisé à assister à l'audience. Certains analystes voient dans son retour en Iran le signe d'un possible retour au premier plan de son père, très présent le mois dernier lors du sommet du Mouvement des non-alignés à Téhéran.

Un candidat possible à la présidence?

L'ancien président iranien (1989-1997), tombé en disgrâce pour avoir soutenu les manifestants de 2009, a été vu au côté de la plus haute autorité d'Iran, le Guide suprême Ali Khamenei, et était assis à côté du secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon. Son profil, à la fois conservateur et pragmatique, pourrait en faire un candidat possible à la présidence l'an prochain. Mais le pouvoir maintient la pression sur sa famille.

Vingt-quatre heures avant le retour d'exil de son fils, un autre de ses enfants, sa fille Faezeh, a commencé samedi à purger une peine de six mois de prison pour propagande contre l'Etat. La condamnation de Faezeh Rafsandjani, qui avait elle aussi participé au mouvement de contestation de 2009, serait liée à une interview qu'elle a donnée à un site Internet proche de l'opposition dans laquelle elle dénonçait les atteintes aux droits de l'homme et la politique économique en Iran.