La corruption de nouveau en hausse en Bulgarie

Reuters

— 

Les Bulgares ont versé en moyenne 150.000 pots-de-vin par mois à des fonctionnaires l'an dernier, plus qu'en 2010, ce qui montre que les moyens mis en oeuvre par le gouvernement pour combattre la corruption perdent en efficacité, affirme une étude publiée ce lundi par le Centre d'étude de la démocratie (CSD).

D'après cette étude, un Bulgare sur quatre ayant eu affaire à des médecins, des policiers, des douaniers ou des juges leur a offert de l'argent, un cadeau ou une faveur pour faire accélérer les choses. En 2010, la proportion était d'un sur cinq. «Le niveau de corruption active est deux à trois fois plus élevé que la moyenne de l'Union européenne. Le nombre de pots-de-vin démontre que le problème est assez systématique dans notre société», souligne Alexander Stoyanov, du CSD.

D'après l'Eurobaromètre établi par l'Union européenne, la Bulgarie se classait en 2011 au quatrième rang de la liste noire des pays les plus touchés par la corruption, après la Roumanie, la Lituanie et la Slovaquie. Avec le crime organisé, ce phénomène a longtemps freiné l'adhésion de la Bulgarie à l'Union européenne et bloque son entrée dans l'espace Schengen, l'accord qui permet de voyager sans passeport.