L'attaque du consulat de Benghazi était «terroriste», admet Washington

avec AFP

— 

Le patron de la lutte antiterroriste des Etats-Unis a qualifié mercredi de "terroriste" l'attaque du 11 septembre menée contre le consulat américain à Benghazi, tout en assurant qu'elle avait été menée "de manière opportuniste".
Le patron de la lutte antiterroriste des Etats-Unis a qualifié mercredi de "terroriste" l'attaque du 11 septembre menée contre le consulat américain à Benghazi, tout en assurant qu'elle avait été menée "de manière opportuniste". — Chip Somodevilla afp.com

Le patron de la lutte antiterroriste des Etats-Unis a qualifié mercredi de «terroriste» l'attaque du 11 septembre menée contre le consulat américain à Benghazi, tout en assurant qu'elle avait été menée «de manière opportuniste». Interrogé par une commission du Sénat, le directeur du Centre de lutte antiterroriste (NCTC) Matthew Olsen a déclaré que ses quatre compatriotes «avaient été tués au cours d'une attaque terroriste contre notre ambassade». Il a toutefois précisé qu'il s'agissait d'une «attaque menée de manière opportuniste».

«L'attaque a commencé, a évolué et a pris de l'ampleur des heures durant contre notre poste diplomatique à Benghazi», a expliqué le chef de l'organisation intergouvernementale de lutte contre le terrorisme. La secrétaire d'Etat Hillary Clinton doit s'adresser ce jeudi à huis clos aux parlementaires, mais Matthew Olsen a prudemment évoqué des liens possibles avec le réseau d'Al-Qaida. «Nous avons des indications selon lesquelles des individus impliqués dans l'attaque pourraient avoir eu des connections avec Al-Qaida ou (...) avec Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi)», a-t-il dit.

Un ancien détenu de Guantanamo impliqué?

Selon la chaîne de télévision Fox News, qui cite des «sources des services de renseignement», un ancien détenu de Guantanamo, Sufyan Ben Qumu -transféré en Libye en 2007 et libéré un an plus tard- était impliqué dans l'attaque. L'ambassadrice américaine à l'ONU Susan Rice avait affirmé dimanche que cette attaque n'était pas forcément «coordonnée» et «préméditée» et résultait plutôt d'un rassemblement «spontané» et «devenant extrêmement violent» qui se déroulait devant le consulat contre le film L'innocence des musulmans.

La Maison Blanche avait indiqué «n'avoir aucune information laissant penser à une attaque planifiée», même si au lendemain de l'attaque, un responsable américain privilégiait l'hypothèse d'une opération coordonnée, les assaillants s'étant servis de la manifestation comme d'un «prétexte».