Monde

Silvio Berlusconi fait son retour et attaque Mario Monti

Silvio Berlusconi a fait son retour ce lundi sur le devant de la scène politique italienne, promettant que son parti abrogerait la taxe foncière (IMU) en cas de victoire aux élections législatives attendues pour le printemps prochain. Dans sa première interview accordée à la presse depuis sa démission en novembre, l'ancien président du conseil, âgé de 75 ans, entretient toujours le mystère sur son éventuelle candidature au poste de chef du gouvernement sous les couleurs du Peuple de la liberté (PDL), son parti de centre droit).

Mais dans les colonnes du quotidien Il Giornale, «Il Cavaliere» se livre à une attaque en règle des politiques menées par son successeur, le technocrate Mario Monti arrivé au pouvoir sans élection en pleine tourmente économique marquée par une flambée des taux d'intérêt sur les emprunts italiens.

Suppression des taxes foncières

Le rétablissement de la taxe foncière, qui pourrait rapporter jusqu'à 20 milliards d'euros par an à l'Etat italien, s'inscrit dans le cadre du plan d'austérité adopté en décembre 2011 par le gouvernement Monti. «La maison est un pilier sur lequel chaque famille a le droit de fonder sa sécurité pour l'avenir», estime Silvio Berlusconi, qui a fait de la suppression des taxes foncières un de ses chevaux de bataille lors de ses 17 années passées au pouvoir.

Silvio Berlusconi, dont le parti s'est effondré dans les intentions de vote depuis novembre, dit en outre qu'il attend d'en savoir un peu plus sur le code électoral qui sera en vigueur lors des élections d'avril avant de se présenter.