Poutine avoue que ses démonstrations en pleine nature sont des mises en scène

AFP

— 

Vladimir Poutine a admis que la plupart de ses fameuses apparitions médiatiques au beau milieu de la nature sauvage avaient été soigneusement mises en scène, mais il a précisé qu'elles étaient utiles en attirant l'attention du public sur d'importants projets de préservation de l'environnement.

Le président russe s'est fait une spécialité de ces démonstrations aux accents très machistes, où il côtoie des tigres, des léopards ou des baleines, devenues depuis des années un classique de la télévision publique russe. Elles lui ont permis de se façonner une image d'homme d'action, mais lui ont aussi valu des moqueries et des critiques, qui font un parallèle entre ses shows et la propagande soviétique.

Même si un porte-parole de Poutine avait déjà reconnu qu'au moins une de ces exhibitions était un coup monté, le président russe avait jusqu'ici l'air de jouer avec elles, en laissant la télévision publique les présenter comme ce qu'elles semblaient être plutôt que ce qu'elles étaient vraiment. Mais au cours d'une entrevue assez rare avec une opposante, quelques jours après avoir été filmé en train de voler en ULM avec des grues, Vladimir Poutine a reconnu qu'il avait souvent pris part à des mises en scène soigneusement élaborées, et même admis que cela avait parfois été trop loin.

«Bien sûr, il y a eu des excès. Et cela me rend furieux», a-t-il confié à Macha Gessen, une journaliste critique à l'égard de Poutine, qui a été conviée à un entretien au Kremlin après avoir été licenciée d'un magazine de voyage pour avoir refusé d'envoyer des journalistes couvrir le vol de grues. «Tout ce que je fais dans ce domaine (la préservation de la nature) ne devrait avoir aucun lien avec la politique. Mais pour un homme dans ma position, c'est très difficile», a-t-il confié à Gessen, qui considère Poutine comme un dirigeant corrompu et autocrate, et qui a publié un compte-rendu de son entrevue dans le magazine Bolchoi Gorod.