Le conseil de l'AIEA examine une résolution condamnant l'Iran

avec AFP

— 

Le conseil des gouverneurs de l'AIEA doit se prononcer jeudi sur une résolution des grandes puissances condamnant l'Iran pour son programme nucléaire controversé et réaffirmant, à l'adresse d'Israël, la primauté d'une solution diplomatique dans ce dossier.
Le conseil des gouverneurs de l'AIEA doit se prononcer jeudi sur une résolution des grandes puissances condamnant l'Iran pour son programme nucléaire controversé et réaffirmant, à l'adresse d'Israël, la primauté d'une solution diplomatique dans ce dossier. — Alexander Klein afp.com

Le conseil des gouverneurs de l'AIEA doit se prononcer ce jeudi sur une résolution des grandes puissances condamnant l'Iran pour son programme nucléaire controversé et réaffirmant, à l'adresse d'Israël, la primauté d'une solution diplomatique dans ce dossier.

L'examen de la résolution par les 35 Etats membres du conseil s'avère toutefois plus compliqué que prévu. La réunion à huis clos a été reportée à deux reprises dans la matinée, et devrait finalement débuter seulement vers 15h à Paris.

L'Afrique du Sud, qui fait partie du Mouvement des pays Non-Alignés présidé désormais par l'Iran, a déposé un amendement au texte élaboré par les «5+1» -les pays membres du Conseil de sécurité des Nations Unies (Etats-Unis, Chine, Russie, Grande-Bretagne, France) et l'Allemagne.

Activité sensible

L'amendement - qui affaiblirait marginalement la portée d'une phrase dans le texte, selon certains diplomates - devra d'abord être adopté avant que les délégations se prononcent sur la résolution. Dans ce texte, les grandes puissances expriment leur «sérieuse préoccupation» concernant l'augmentation des activités d'enrichissement d'uranium de l'Iran.

Dans son dernier rapport, l'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), basée à Vienne, a fait part d'un doublement de la capacité d'enrichissement sur le site de Fordo (centre), montrant que l'Iran continue d'ignorer des résolutions des Nations Unies lui demandant de mettre un terme à cette activité sensible.

Solution diplomatique

Une coopération de la République islamique avec l'AIEA est «essentielle et urgente» afin de restaurer la confiance internationale dans le caractère purement pacifique du programme nucléaire iranien, souligne en outre le groupe des 5+1 dans ce texte.

Il insiste aussi clairement sur son engagement pour une solution diplomatique dans ce dossier, alors qu'Israël exige plus de fermeté de la part des Etats-Unis au point d'avoir crispé les relations avec son grand allié et a agité ces derniers mois la menace d'une frappe militaire.