Lancement d'une enquête en Libye après l'attaque anti-américaine

avec AFP

— 

Les autorités libyennes ont annoncé jeudi avoir arrêté des suspects dans le cadre de l'enquête sur l'attaque contre le consulat des Etats-Unis à Benghazi, qui a coûté la vie à quatre Américains dont l'ambassadeur Chris Stevens, et dans laquelle Al-Qaïda serait impliqué.
Les autorités libyennes ont annoncé jeudi avoir arrêté des suspects dans le cadre de l'enquête sur l'attaque contre le consulat des Etats-Unis à Benghazi, qui a coûté la vie à quatre Américains dont l'ambassadeur Chris Stevens, et dans laquelle Al-Qaïda serait impliqué. — afp.com

Les autorités libyennes ont annoncé jeudi avoir créé une commission d'enquête sur l'attaque contre le consulat des Etats-Unis à Benghazi, dans l'est du pays, qui a coûté la vie à quatre Américain dont l'ambassadeur, et dans laquelle Al-Qaida serait impliqué.

Cette attaque survenue mardi, jour du 11e anniversaire des attentats du 11-Septembre, a suscité une vague de condamnations internationales, en premier lieu des Etats-Unis, dont le président Barack Obama a demandé la collaboration de Tripoli afin d'arrêter et traduire en justice les auteurs de ces meurtres.

«Commission indépendante»

Près d'un an après la chute du régime de Mouammar Kadhafi, elle a illustré une fois de plus l'incapacité des autorités libyennes à assurer la sécurité dans le pays, où les milices armées font la loi.

Le porte-parole de la Haute commission de sécurité du ministère de l'Intérieur, Abdelmonem al-Horr, a indiqué à l'AFP qu'une «commission indépendante» avait été créée pour enquêter sur l'attaque, précisant qu'elle était présidée par un juge et regroupait des «experts» des ministères de la Justice et de l'Intérieur.

Interrogé au sujet d'éventuelles arrestations menées dans le cadre de cette affaire, Abdelmonem al-Horr a répondu: «évidemment», sans toutefois préciser le nombre d'interpellations ni l'identité des personnes en question.

«Enquête très compliquée»

Selon le porte-parole, l'enquête est «très compliquée» dans la mesure où la foule présente dans le périmètre du consulat n'était «pas homogène». «Il y avait des extrémistes, de simples citoyens, des femmes, des enfants, des criminels», a-t-il ajouté.

Initialement mise sur le compte de manifestants en colère contre une vidéo polémique diffusée sur internet, intitulée "Innocence of Muslims" ("L'Innocence des musulmans") et dénigrant l'islam, l'attaque résulterait plutôt d'une opération coordonnée, selon un responsable américain.

Selon cette source, des extrémistes se sont servis de manifestants protestant contre le film comme d'un "prétexte" pour s'en prendre au consulat avec des armes de petit calibre mais aussi des lance-roquettes.