Paris Fashion Week : On a visité la première boutique Jacquemus

MODE Arrêtez tout ! Simon Porte Jacquemus a ouvert ce mardi sa toute première boutique avenue Montaigne

Fiona Bonassin
— 
Le styliste Simon Porte Jacquemus dans sa boutique éphémère.
Le styliste Simon Porte Jacquemus dans sa boutique éphémère. — Fiona Bonassin / 20 Minutes

La Fashion Week débarque cette semaine à Paris. Et le styliste du moment n’aurait loupé ça pour rien au monde. Simon Porte Jacquemus, habitué des défilés en extérieur, ne fera pas de défilé dans la capitale… Mais depuis ce mardi, il a sa toute première boutique, au 58 avenue Montaigne, à Paris. Trois cents mètres carrés dédiés à son art !



Quelques jours avant l’ouverture de sa boutique, Simon Porte Jacquemus faisait livrer aux influenceurs leurs invitations : un sac de sa marque et une petite boîte qui contenait… un pop-corn. Pourquoi un pop-corn ? Chez Jacquemus tout est réfléchi. Deux machines à pop-corn sont disposées devant et dans la boutique. Comme nous l’a dit un vendeur de Jacquemus, « l’idée c’est d’ajouter du fun, les gens pourront venir se servir 24h/24 ».

Jacquemus et ses clins d’œil

Son magasin, il en a rêvé. « Il y a onze ans, quand j’ai vraiment commencé ma marque, je suis venue sur cette avenue [Montaigne] avec mes copines. On a crié et montré notre première collection ici. C’est un beau clin d’œil », nous confie-t-il le sourire aux lèvres. Il faut dire que le créateur de mode accumule « les clins d’œil ». D’ailleurs, un chiffre revient souvent : le 27. Mais pourquoi ? « Il n’y a pas de raison, ce n’est que le fruit du hasard », assure Simon Porte Jacquemus.

Mais « pour mon mariage, c’était un 27 août, là pour le début de la Fashion Week, ça tombe aussi le 27… Je dis que c’est le hasard mais mon chéri a tiré ce chiffre au nouvel an chinois », confie-t-il. Le Marseillais finit par avouer qu’il y a quand même un « truc avec ce chiffre ». Alors, la boutique éphémère Jacquemus fermera-t-elle un 27 ? Personne ne le sait pour l’instant. Il se dit que Jacquemus sera présent six mois sur l’avenue Montaigne, mais le styliste laisse planer le mystère : « On aime bien les surprises, donc à voir. »