Tendance capillaire: Le «reverse balayage» prendra-t-il racine?

STYLE L’année 2018 pourrait s’inscrire sous le signe de l’éclaircissement des racines…

C.W.

— 

Agnès Varda, avant-gardiste du «reverse balayage»?
Agnès Varda, avant-gardiste du «reverse balayage»? — Jordan Strauss/AP/SIPA

On pourrait en mettre notre tête à couper, 2018 s’annonce être un merveilleux cru en termes de style. Il y a quelques jours à peine, le monde découvrait avec stupéfaction les incroyables cuissardes Ugg, au potentiel déglingue inédit. Légèrement moins maboule mais remarquable quand même, c’est désormais une tendance capillaire qui interroge les fashion addict : le « reverse balayage ». Mais qu’est-ce donc ? L’exact contraire d’une mode de coloration qui a fait fureur ces dernières années.

>> A lire aussi: «Squiggle brows», faites des vagues avec vos sourcils

A vos risques et périls

Il y a encore peu de temps, se décolorer les pointes, ou du moins les éclaircir, avait le vent en poupe. Se brûler la moitié des poils de tête avec des crèmes décolorantes en tout genre, nous donnait l’impression de revenir quotidiennement d’un bain de soleil en bord de mer. Et ça, ça n’a pas de prix. Désormais, comme l’ont noté quelques sites féminins, l’exact contraire semble émergé sur les réseaux sociaux : s’éclaircir les racines et/ou se foncer les pointes. Une microtendance qu’on appellerait « reverse balayage ».

Un look beaucoup plus facile à réaliser avec une base de cheveux blonds, les brunes téméraires risqueraient quant à elle, au mieux, d’obtenir un résultat calamiteux, au pire, de s’abîmer considérablement (se brûler même), les racines. Un conseil, mieux vaut se rencarder auprès de professionnels du cheveu (coiffeurs et coloristes), avant de se lancer dans ce type d’aventures capillaires.

S’il est difficile d’estimer l’impact qu’aura cette tendance dans les mois à venir, la tête bicolore ne date pas d’hier. On pense à l’incroyable Agnès Varda notamment, ou encore à Christina Aguilera au début des années 2000. Mais comme on dit, la mode n’est qu’un éternel recommencement…

Christina Aguilera au début des merveilleuses années 2000
Christina Aguilera au début des merveilleuses années 2000 - CELANO/SIPA