On a visité les archives du musée Yves Saint Laurent

MODE A l’occasion de l’ouverture du musée Yves Saint Laurent de Paris ce mardi, «20 Minutes» vous propose une balade dans la partie la plus secrète du lieu : ses archives…

Anne Demoulin

— 

Sandrine Tinturier, responsable de la conservation, dans les archives du Musée Yves Saint Laurent Paris.
Sandrine Tinturier, responsable de la conservation, dans les archives du Musée Yves Saint Laurent Paris. — A. Demoulin/20 Minutes

Un trésor unique en son genre ! Derrière la grande porte de l’hôtel particulier Second Empire du 5, avenue Marceau dans le XVIe arrondissement de Paris, la maison de couture où Monsieur Saint Laurent a œuvré de 1974 à 2002, transformée en 2004 en fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent, abrite désormais un projet lancé par Pierre Bergé, décédé le 8 septembre dernier.

Le musée Yves Saint Laurent Paris, inauguré ce jeudi par la Ministre de la Culture, Françoise Nyssen, explore sur 450 m², au travers une sélection de modèles haute couture, d’accessoires, de croquis, de photographies et de films, l’œuvre du légendaire couturier. Il offre aussi une immersion dans l’intimité de la vie de la maison de couture et le processus créatif d’une collection. Alors que le musée ouvre ses portes au public ce mardi, 20 Minutes vous propose une balade dans la partie la plus secrète du lieu : ses archives.

« Le fruit d’un travail de conservation au long cours »

L’ouverture du musée Yves Saint Laurent Paris et celle du musée Yves Saint Laurent Marrakech le 19 octobre est « le fruit d’un travail de conservation au long cours », résumait ce jeudi la Ministre de la Culture, Françoise Nyssen.

Dans les étages, les ateliers de couture ont fait place aux archives. Les restauratrices s’affairent, réparent et préparent les modèles qui seront exposés au musée parisien ou expédiés à Marrakech. L’une d’elles fait « une mise à plat » pour le prêt d’un vêtement au MET : « Le fer à repasser a été banni., m’explique-t-elle. La mise à plat se fait à l’aide de livres ».

D’autres préparent les supports pour les vêtements stockés en réserve. « Nos restauratrices font un travail de veille permanente sur les nouvelles techniques de conservation des vêtements », explique Sandrine Tinturier, responsable de la conservation. On apprend que « l’élastique « se détend et se casse vite » et que le vernis « devient mat avant de se craqueler. Mais une équipe américaine est sur le point de trouver une solution. »

« Près de 90 % des pièces sont des prototypes »

Pierre Bergé et Yves Saint Laurent ont mis en place une politique de conservation pour leur projet muséal dès 1974. A chaque collection, ils choisissaient ensemble quelques pièces pour entrer dans les archives. « Près de 90 % des pièces sont des prototypes », annonce Sandrine Tinturier, responsable de la conservation.

Les armoires de conservation de l'oeuvre d'Yves Saint Laurent.
Les armoires de conservation de l'oeuvre d'Yves Saint Laurent. - A. Demoulin/20 Minutes

On accède aux réserves en blouse et surchaussures de papier. Les trois salles ont l’allure d’une morgue d’un nouveau genre. Elles accueillent quelque 6.000 pièces, stockées dans des armoires de conservation à 50 % de taux d’humidité constante, à température entre 18° et 20° et à faible luminosité. « Les vêtements peuvent passer 3 mois exposés, ils doivent ensuite passer deux ans et demi dans les réserves », explique Sandrine Tinturier.

Les pièces sont classées par années, suspendues sur des cintres rembourrés de boudins de ouate recouverts de bandes médicales « pour éviter les faux plis ». Les modèles les plus fragiles sont protégés par des housses de gaze en polyester. Les modèles brodés, plus lourds, reposent dans des grands tiroirs. Les cintres sont espacés de 15 centimètres : « Au Maroc, on pourra les espacer de 25 à 35 cm », confie la conservatrice.

En 1965, Yves Saint Laurent, grand passionné d'art, dévoile sa collection inspirée des oeuvres de Piet Mondrian.
En 1965, Yves Saint Laurent, grand passionné d'art, dévoile sa collection inspirée des oeuvres de Piet Mondrian. - A. Demoulin/20 Minutes

Devant nos yeux ébahis défile toute l’œuvre de Saint Laurent, la première robe « achetée par Mme Arturo Lopez-Willshaw », la robe Mondrian, « achetée par la princesse Grace de Monaco », le premier smoking et la collection pop lancé en 1966, la collection africaine, la première saharienne, le premier jumpsuit, la collection 40, la collection russe « prêtés pour le biopic de Jalil Lespert ».

Yves Saint Laurent a inventé le smoking pour femmes en 1966.
Yves Saint Laurent a inventé le smoking pour femmes en 1966. - A. Demoulin/20 Minutes

Et puis encore, les créations pour le cinéma, le théâtre et le music-hall, comme la robe portée par Catherine Deneuve dans Belle de jour, les costumes de Zizi Jeanmaire ou la robe d’académicienne de Marguerite Yourcenar.

« Monsieur Saint Laurent pouvait en faire 200 croquis en une nuit »

A l’étage au dessus, la cantine des employés a laissé place aux accessoires. « Ils sont rangés par collection, la sélection se faisait au dernier moment ». Au menu, les bijoux, « le domaine de Loulou de la Falaise », les chaussures, les chapeaux.

Les bijoux, « le domaine de Loulou de la Falaise » chez Monsieur Yves Saint Laurent.
Les bijoux, « le domaine de Loulou de la Falaise » chez Monsieur Yves Saint Laurent. - A. Demoulin/20 Minutes

« Les accessoires sont classés selon une nomenclature bien précise : HC (haute couture) ou RG (Rive Gauche), E (Printemps-été), H (automme-hiver) et le n° de passage lors du défilé », poursuit Sandrine Tinturier. Une base de données muséale qui respecte « les appellations de la maison, car notre mission, c’est de restituer l’esprit de la maison ».

Chapeaux, chaussures, sacs... Tous les accessoires des défilés Yves Saint Laurent ont été conservés.
Chapeaux, chaussures, sacs... Tous les accessoires des défilés Yves Saint Laurent ont été conservés. - A. Demoulin/20 Minutes

 

La maison a aussi conservé les archives papiers : 11 paperdolls et leurs 400 robes et accessoires, de nombreux croquis (« Monsieur Saint Laurent était très prolixe et pouvait en faire 200 en une nuit »), les fiches de manutentions, les fiches d’atelier appelées « la Bible », les carnets de commandes, les planches de collection, des Polaroid, les dossiers et coupures de presse.

Les archives papiers comprennent croquis, fiches de manutentions, fiches d’atelier appelées « la Bible », carnets de commande, planches de collection, Polaroïds, dossiers et coupures de presse, etc.
Les archives papiers comprennent croquis, fiches de manutentions, fiches d’atelier appelées « la Bible », carnets de commande, planches de collection, Polaroïds, dossiers et coupures de presse, etc. - A. Demoulin/20 Minutes

La maison abrite aussi un fonds de 130 mannequins Stockman, et notamment ceux de Danielle Mitterrand, Bernadette Chirac, Catherine Deneuve ou encore Carla Bruni. Autant de fantômes prêts à faire revivre l’œuvre du couturier au sein de son nouveau musée.

Les archives conservent également 11 paperdolls et leurs 400 robes et accessoires.
Les archives conservent également 11 paperdolls et leurs 400 robes et accessoires. - A. Demoulin/20 Minutes