Comment bien dépareiller son maillot de bain?

MODE La grande tendance sur les plages cet été est le mix and match, tous nos conseils pour maîtriser l’art du maillot de bain dépareillé…

Anne Demoulin

— 

Un maillot mix and match de la collection Pain de sucre 2017.
Un maillot mix and match de la collection Pain de sucre 2017. — Pain de sucre

Jetez-vous à l’eau et dépareillez votre maillot ! La tendance du mix and match est le grand hit de l’été. Tous nos conseils pour maîtriser l’art du maillot dépareillé.

Les atouts du mix and match

« Le mix and match permet d’affirmer sa personnalité, histoire de ne pas ressembler à sa voisine de serviette », lance Perrine Lacombe-Tulasne, fondatrice de Sowe Biarritz. « Cela permet de créer un maillot unique, original et personnel », confirme Lysa Fiorito, responsable du réseau des boutiques Pain de Sucre.

C’est pratique si vous avez paumé une partie de votre maillot préféré, si votre taille de haut et de bas ne coïncide pas ou si les motifs de votre maillot sont un peu vieillots. « Le fleuri, c’est du déjà-vu, mais avec un uni flashy, c’est moderne », estime Lysa Fiorito. Le mix and match donne aussi l’illusion « d’élargir son vestiaire », ajoute Perrine Lacombe-Tulasne.

« Le mix and match permet d’avoir un maillot de bain parfaitement adapté à sa morphologie », souligne Cécile Vivier-Guerin, responsable marketing Mode City, le Salon international de la lingerie et du swimwear. Pain de Sucre, Sowe Biarritz ou le site Mon Petit Bikini proposent d’acheter son haut et son bas séparément : « Cela amuse les clientes de créer sa combinaison. », souligne Perrine Lacombe-Tulasne.

Un maillot mix and match de la collection Les Ultraviolettes 2017.
Un maillot mix and match de la collection Les Ultraviolettes 2017. - Les Ultraviolettes

Le mix and match des formes

« On peut mixer une brassière avec un shorty pour une allure sportive, un bandeau et une culotte taille haute pour une allure rétro, et un bikini et un triangle pour une allure plus girly », résume Cécile Vivier-Guerin. Ça, c’est pour le style, on n’oublie pas les règles de base pour mettre en valeur sa morphologie.

Si on a des hanches larges, on évite les frous-frous, les shorty, les tangas et les strings, et on mise sur « des coupes échancrées », soulignent toutes nos expertes. Les poitrines généreuses feront attention au maintien et privilégieront des modèles avec armature, les poitrines menues, les push-up, les bandeaux à nœud, les frous-frous, les volants.

Le mix and match des couleurs

Toutes les couleurs peuvent se combiner. « Associer une couleur flashy avec une couleur sombre, comme le bleu pétrole, marche bien », conseille Cécile Vivier-Guerin. On peut aussi jouer l’opposition totale, en mélangeant du rouge et du violet, ou encore les camaïeux : « mais avec des nuances tranchées », précise Cécile Vivier-Guerin.

Les règles de base s’appliquent aussi : « Les peaux claires éviteront les couleurs vives et les tons pastel, mais miseront sur des couleurs foncées, les peaux hâlées miseront sur des coloris doux et fluo », rappelle Perrine Lacombe-Tulasne. Rappelons qu’on porte généralement les tons foncés en bas, parce que cela amincit.

Un maillot mix and match de la collection Sowe Biarritz 2017.
Un maillot mix and match de la collection Sowe Biarritz 2017. - Sowe Biarritz

Le mix and match des imprimés

« Pour créer une combinaison harmonieuse d’uni et l’imprimé, il faut reprendre en uni l’une des tonalités de l’imprimé », conseille Cécile Vivier-Guerin. L’autre possibilité, c’est de jouer la complémentarité. « Un haut avec un imprimé bleu marine, fuchsia et rouge se mixe très bien avec un bas blanc. Un imprimé kaki et rouge, avec du turquoise », suggère Lysa Fiorito.

« Mixer les imprimés a été beaucoup vu dans les défilés, mais c’est plus dangereux », prévient Cécile Vivier-Guerin. « On peut mélanger les carreaux et le fleuri, à condition qu’ils soient dans les mêmes tonalités », estime Lysa Fiorito.

« L’imprimé tropical et le rayé marchent super-bien », note Perrine Lacombe-Tulasne. On choisit généralement un motif plus élaboré pour le haut que pour le bas parce que les gros motifs grossissent. « Mixer un gros imprimé avec un micro-imprimé fonctionne bien », confirme Cécile Vivier-Guerin. Seule limite : « ne pas mixer des matières trop différentes comme le néoprène et le lycra », poursuit-elle. A vous de jouer et de trouver la bonne combinaison !