Le Mans: Manifestation d'agriculteurs pour interpeller le président élu

AGRICULTURE Les agriculteurs comptent sur Emmanuel Macron pour améliorer leurs conditions de vie…

N. Se. avec AFP

— 

Des agriculteurs manifestent devant la préfecture du Mans, le 11 mai 2017.
Des agriculteurs manifestent devant la préfecture du Mans, le 11 mai 2017. — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Environ 250 agriculteurs, venus avec une cinquantaine de tracteurs, ont manifesté jeudi soir à l’appel de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) au Mans pour faire entendre leurs attentes au président élu, Emmanuel Macron.

>> A lire aussi : Manifestation après l'élection de Macron: «L'objectif, c'est d'établir un rapport de force d'emblée»

Une grande banderole avait été accrochée sur la grille de la préfecture, sur laquelle on pouvait lire : « Agriculture, (Stéphane) Le Foll m’a tuée », en référence au ministre de l’agriculture du gouvernement sortant, implanté de longue date dans la Sarthe. Une délégation a été reçue. Sur une pancarte brandie par une femme, on pouvait lire : « Des millions pour vos campagnes, n’oubliez pas la nôtre ». Une autre pancarte accrochée sur un tracteur mentionnait, en référence à Emmanuel Besnier, PDG du groupe laitier Lactalis : « Je travaille pour la 8e fortune de France, cherchez l’erreur ».

Les agriculteurs ont ensuite mis le feu au contenu d’une partie des bennes qu’ils avaient déversées devant la préfecture. Les pompiers sont intervenus et les forces de l’ordre ont utilisé des grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants. Ces derniers ont alors quitté le centre du Mans pour prendre la direction de grandes surfaces de la périphérie où ils comptaient déverser le reste de leurs cargaisons.

Dans son programme, Emmanuel Macron avait promis un « Grenelle de l’alimentation », des mécanismes de soutien des prix ou encore des associations de producteurs facilitées… Le premier gouvernement du nouveau président Macron, et donc le nom du futur ministre de l’agriculture qui devra tenter de répondre aux attentes de ces manifestants, doit être connu au lendemain de l’investiture, dimanche.