On a débriefé la Fashion Week avec Noémie Lenoir

MODE Le top model, qui suit de près les défilés avec son émission « Paris Fashion Week by Elle Girl », a livré à « 20 Minutes » ses impressions à chaud…  

Anne Demoulin

— 

Défilé Chanel.
Défilé Chanel. — WWD/Shutterstock/SIPA

Après un mois de défilés, les présentations des collections automne hiver 2017-2018 se sont terminées ce mardi à Paris. Peut-être n’avez-vous pas suivi les 82 défilés de la capitale française ? 20 Minutes a débriefé l’événement avec le top model Noémie Lenoir, qui présente un best-of de l’émission Paris Fashion Week by Elle Girlce vendredi à 20h55 sur la chaîne Elle Girl, compilant les meilleurs moments de cette saison.

Briller comme une boule à facette

« Pour l’émission, j’ai vu beaucoup de défilés. Cela faisait longtemps que je n’en avais pas vu autant. La mode a vraiment changé, il y a une vraie énergie et beaucoup d’excentricité », lance d’emblée Noémie Lenoir, dont l’émission a été en partie tournée dans les ateliers de Wanda Nylon, la griffe parisienne qui attire les regards en ce moment.

Johanna Senyk, la créatrice derrière Wanda Nylon, gagnante du Grand Prix de l’Andam 2016, présentait cette saison sa seconde collection en in. Pantalons cocon, manteau en fourrure jaune oversized, imprimé vache, vinyle et lurex, la styliste file un coup de jeune à la scène disco des années 1970. Les matières métallisées étincellent notamment chez Dries Van Noten, Balenciaga, Koché, Drome, Ingie Paris, Kate Bee, Pascal Millet, Mugler et Chanel.

Défilés Pascal Millet, Balenciaga et Wanda Nylon.
Défilés Pascal Millet, Balenciaga et Wanda Nylon. - PIXELFORMULA/SIPA/Shoji-Fujii/Wanda Nylon/ WWD/Shutterstock/SIPA

Décoller en bleu nuit

#CHANELGroundControl #CHANELFallWinter #PFW

A post shared by CHANEL (@chanelofficial) on

« Chanel, c’était du grand n’importe quoi tellement c’était beau, avec cette fusée », s’émerveille encore Noémie Lenoir. Alors que l’on suit tous la mission de Thomas Pesquet à bord de la Station spatiale internationale, au milieu de la nef du Grand Palais, rebaptisée « centre de lancement N°5 », trône la fusée Chanel et les silhouettes à l’inspiration spatiale imaginées par Karl Lagerfeld. Clin d’œil à la SF des sixties, la femme Chanel enfile des bottes à paillettes, s’emmitoufle dans des couvertures de survie matelassées, et porte des sweats au motif astronaute radiographié le jour et des robes du soir constellation.

#CHANELGroundControl #CHANELFallWinter #PFW

A post shared by CHANEL (@chanelofficial) on

Manish Arora regarde aussi vers le ciel avec sa collection « Cosmic love » et ses sacs en forme de planètes tandis que la néerlandaise Liselore Frowijn mise sur des manteaux et blousons avec des imprimés astres. Lune, étoiles et autres comètes parsèment la collection presque monochrome, aux cinquante nuances de bleu, de Maria Grazia Chiuri chez Dior.

Le mix bleu nuit et noir, vu chez Céline, Elie Saab, Akris, Mugler, Issey Miyake, Yohji Yamamoto, Off White, Jacquemus et Nina Ricci, sera la couleur phare de l’hiver prochain. Indigo, bleu de chauffe et bleu Butagaz s’invitent aussi dans nos dressings, notamment les blousons en denim revisités, déstructuré chez Vetements, mini chez Off White, ou brodé chez Isabel Marant.

Défilé Dior, Akris et Issey Miyake.
Défilé Dior, Akris et Issey Miyake. - WWD/Shutterstock/BUKAJLO FREDERIC/SIPA

Trotter en cuissardes

« Chaque designer a sa propre marque de fabrique », se réjouit la présentatrice de Paris Fashion Week by Elle Girl. Difficile de déterminer ce que seront précisément les must have de l’hiver prochain surtout quand on sait qu’« il suffit qu’une star s’empare d’une création, comme Rihanna avec ses bottes en strass Saint Laurent, pour que cette pièce fasse un carton. »

Notons que le costume se taille un beau succès sur les podiums de Céline, Dries Van Noten, Mugler, Lanvin, Maison Margiela, Nina Ricci, Drôme ou encore Beautiful People. Utopique d’éviter les cuissardes, présentes notamment chez Alexis Mabille et Fenty pour Puma. La combi pantalon vue chez Chloé, Isabel Marant, Saint Laurent et Dior, et le tee-shirt à message, repéré chez Vanessa Seward, restent tendance.

Défilé Alexis Mabille
Défilé Alexis Mabille - Alexis Mabille

Enfiler de la maille

On aura bien chaud l’hiver prochain dans la maille chaussette de Balenciaga, Balmain, Bottega Veneta et Vanessa Seward, dans les pull-overs graphiques d’Isabel Marant, d’Alexis Mabille et la maille duveteuse de Chloé, Rahul Mishra et Vivienne Westwood. On s’emmitouflera aussi dans une maxi-écharpe comme sur les catwalks de Céline, Maison Margiela et Wanda Nylon.

Défilé Céline
Défilé Céline - Shutterstock/SIPA

Epingler de drôles d’oiseaux

Défilé Undercover
Défilé Undercover - WWD/Shutterstock/SIPA

Des gazouillis résonnaient à l’école des Beaux-arts lors du défilé plein de plumes Sonia Rykiel. Les oiseaux s’invitent sur les podiums, en bijoux chez Lanvin, en motif colombe chez Mabille, en coiffe de plumes et de faisan chez Undercover. Les drôles d’oiseaux opèrent en coulisses, selon un post Instagram, publié le jour d’ouverture de la Fashion Week, de James Scully, directeur de casting américain. Dénonçant le comportement « sadique et cruel » de ses concurrents, il a affirmé que 150 mannequins convoqués pour le casting du défilé Balenciaga, ont été forcés d’attendre trois heures enfermées dans une cage d’escalier, dans le noir, pendant que les deux directeurs de casting étaient partis déjeuner.

« J’ai entendu parler decette polémique. C’est difficile de commenter parce que je n’y étais pas. Lorsque j’ai commencé ma carrière de mannequin dans les années 1990, il n’était pas rare d’attendre pour un casting plusieurs heures dans une cage d’escalier, commente le top model Noémie Lenoir. Plusieurs agents, dont certains sont noirs, m’ont dit qu’ils ont reçu pour ordre de Lanvin de ne pas leur présenter de femmes de couleur », écrit aussi James Scully. « Si on m’avait tenu des propos racistes, je n’aurais pas laissé passé cela, j’ai trop une grande gueule ! »

So true to my promise at #bofvoices that I would be a voice for any models, agents or all who see things wrong with this business I'm disappointed to come to Paris and hear that the usual suspects are up to the same tricks. I was very disturbed to hear from a number of girls this morning that yesterday at the Balenciaga casting Madia & Ramy (serial abusers) held a casting in which they made over 150 girls wait in a stairwell told them they would have to stay over 3 hours to be seen and not to leave. In their usual fashion they shut the door went to lunch and turned off the lights, to the stairs leaving every girl with only the lights of their phones to see. Not only was this sadistic and cruel it was dangerous and left more than a few of the girls I spoke with traumatized. Most of the girls have asked to have their options for Balenciaga cancelled as well as Hermes and Ellie Saab who they also cast for because they refuse to be treated like animals. Balenciaga part of Kering it is a public company and these houses need to know what the people they hire are doing on their behalf before a well deserved law suit comes their way. On top of that I have heard from several agents, some of whom are black that they have received mandate from Lanvin that they do not want to be presented with women of color. And another big house is trying to sneak 15 year olds into paris! It's inconceivable to me that people have no regard for human decency or the lives and feelings of these girls, especially when too too many of these models are under the age of 18 and clearly not equipped to be here but god forbid well sacrifice anything or anyone for an exclusive right? If this behavior continues it's gonna be a long cold week in paris. Please keep sharing your stories with me and I will continue to to share them for you. It seems to be the only way we can force change and give the power back to you models and agents where it rightfully belongs. And I encourage any and all to share this post #watchthisspace

A post shared by james scully (@jamespscully) on

Etudier à la Bibliothèque Nationale de France

« Le défilé Fenty pour Puma où Rihanna présentait sa nouvelle collection était original aussi, se souvient Noémie Lenoir. Cela se passait à la Bibliothèque Nationale de France et les mannequins défilaient sur les tables. »

Défilé Fenty X Puma.
Défilé Fenty X Puma. - Fenty X Puma

Vestes d’entraîneurs, maillots de foot transformés en robes, jupes d’uniforme, survêtements en velours, combis, polos cropped et XXL, microshorts, tee-shirts de baseball, Rihanna a expliqué dans un communiqué avoir trouvé l’inspiration sur les campus : « À l’école, j’ai toujours rêvé de pouvoir m’habiller comme je le voulais, mais à la Barbade, l’uniforme était obligatoire. Cette saison, je me suis donc vraiment amusée à créer ces looks d’inspiration "Retour à l’école" ».

On aura noté que les étudiantes de la Barbadienne préfèrent l’avenue Montaigne aux Essais de Montaigne, dont une impertinente a jeté des pages à la volée durant le défilé…