Comment la Fashion Week de New York dit «Fuck» à Donald Trump

MODE Avec les bandanas blancs du défilé Tommy Hilfiger, le « This is not America » du défilé Calvin Klein et les petites culottes sérigraphiées de LRS, la mode américaine s’engage clairement contre la politique du président des Etats-Unis…

Anne Demoulin

— 

«Fuck Your Wall», le message de LRS à Donald Trump.
«Fuck Your Wall», le message de LRS à Donald Trump. — Hanks/WWD/Shutterstock/SIPA

La Fashion Week de New York s’engage contre la politique du président Donald Trump. Un tour politique qui n’a rien d’étonnant. Lors de la précédente édition, en septembre, 15 grands créateurs américains s’étaient déjà réunis autour d’Anna Wintour pour soutenir la candidature de Hillary Clinton autour d’ un défilé baptisé « Made For History ». De son côté, la marque R13 avait lancé des robes imprimées « Fuck Trump ». Entre les bandanas blancs du défilé Tommy Hilfiger, le défilé Raf Simons rythmé par « This is not America » et les petites culottes sérigraphiées « Fuck your Wall », la mode américaine a décidé de faire entendre sa voix.

Les bandanas blancs du défilé Tommy Hilfiger

Le petit monde de la mode s’est passé le mot : porter un bandana blanc. « Dans la mode, les images pèsent souvent plus que les mots. Alors participez à ce mois de la mode en faisant une déclaration visuelle simple et singulière : portez un bandana blanc comme signe pour exprimer au monde que vous croyez aux liens qui unissent l’humanité – indépendamment de la race, de la sexualité, du genre ou de la religion », a lancé Imran Amed, le fondateur de l’influent site « The Business of Fashion », qui a lancé le #TiedTogether pour protester contre le Muslim Ban et la politique du « diviser pour mieux régner » de Donald Trump.

Le bandana blanc a pris d’assaut les podiums. Tout d’abord, le mercredi 8 février à Los Angeles, lors du défilé Tommy Hilfiger. La plupart des mannequins du défilé, Gigi Hadid en tête, portaient le fameux carré de coton blanc. D’autres designers ont emboîté le pas à New York, comme Thakoon, Shoji ou Calvin Klein.

« This is not America » pour rythmer le défilé Calvin Klein

Attendu au tournant lors de la présentation de sa première collection à la tête de la direction artistique de Calvin Klein, Raf Simmons a envoyé un message en ouvrant et en fermant son défilé au rythme de This is not America de David Bowie. L’ex-directeur artistique de chez Dior a également fait porter un bandana blanc à chacun de ses invités avec le message suivant : « Unité, inclusion, espoir et acceptation : rejoignez-nous chez Calvin Klein en portant un bandana blanc. #tiedtogether », pouvait-on lire sur la carte d’accompagnement. Interrogé en backstage par la presse américaine, le créateur belge a déclaré : « Lorsque l’on a une voix, il faut l’utiliser. »

Les badges d’Anna Wintour et Diane von Furstenberg

Installée au premier rang du défilé Calvin Klein, pas de bandana blanc pour la papesse de la mode, Anna Wintour, ni pour la créatrice Diane von Furstenberg, à son propre défilé, mais des badges roses pour soutenir le Planned Parenthood (le planning familial américain). Un autre pied de nez à la politique du 45e président des Etats-Unis et son décret s’attaquant à l’IVG. Lancé par le Council of Fashion Designers of America, le badge rose a été distribué par de nombreux créateurs à la sortie des défilés.

« Fuck your Wall » au défilé LRS

Raul Solis, le directeur artistique de LRS Studios, une marque mexicaine, a présenté des petites culottes floquées de messages « Fuck your Wall », « No Ban » ou encore « No Wall ». Le créateur fait ici référence au mur que Donald Trump souhaite faire construire le long de la frontière mexicaine et au décret anti-immigration du chef de l’Etat américain.

« Make America New York » au défilé Public School

Dao-Yi Chow et Maxwell Osborne, les deux créateurs new-yorkais de la maison Public School ont fait défiler dimanche des mannequins avec des casquettes rouges portant la mention « Make America New York », détournant le fameux slogan de campagne de Donald Trump, « Make America Great Again », (« rendre à l’Amérique sa grandeur »), et faisant référence aux valeurs cosmopolites de la capitale culturelle des Etats-Unis. Sur le côté de la casquette était brodé « 44 1/2 », laissant penser que Donald Trump, 45e président des Etats-Unis, ne serait qu’un « demi » président. Le défilé était intitulé « You’re Welcome », en contre-pied avec la politique anti-immigration de POTUS.

« Fuck Donald Trump » au défilé Chromat

Tandis que jeudi, on découvrait au show Creatures of Comfort des tee-shirts avec le message « We are all human beings » (« Nous sommes tous humains »), afin de rappeler à Donald Trump que les migrants sont aussi des êtres humains, Chromat n’y est pas allé par quatre chemins ce vendredi. Le défilé s’est achevé avec la rappeuse TT the Artist qui répétait en boucle : « F*ck Donald Trump, Who Donald Trump, Fuck Donald Trump ». Le message de la mode est clair.