Pour la Saint-Valentin, offrez-lui une bralette!

MODE Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la bralette sans jamais avoir osé le demander…

Anne Demoulin

— 

Les bralettes La Nouvelle, Cosabella et Aumentax.
Les bralettes La Nouvelle, Cosabella et Aumentax. — La Nouvelle/Cosabella/Aumentax

Et si vous portiez de la lingerie à la fois sexy et confortable pour la Saint-Valentin ? La bralette – avant tout malentendu – est un petit haut hybride, à mi-chemin entre la lingerie fine et le top. Plus sexy qu’une brassière, plus couvrant qu’un soutien-gorge et encore plus court que le cropped top, ce bout d’étoffe risque fort d’être un des must have de l’année 2017. Les raisons de ce triomphe annoncé ?

La bralette badine à chaque instant

Kendall Jenner, Bella Hadid, Rihanna ou encore Taylor Hill l’ont définitivement adoptée. Venu d’outre-Atlantique, le bralet (la « bralette » en français) « a été conçu pour offrir plus de flexibilité, de confort que le soutien-gorge classique », explique Cécile Vivier, directrice marketing du Salon International de la Lingerie. La bralette s’inscrit dans la tendance plus large de la lingerie hybride qui se porte aussi bien à la salle de sport qu’au bureau : ce que les Américains ont baptisé le « wear anywhere » (littéralement « se porte partout »). « L’enjeu, ne plus porter que cela », résume l’experte.

Kendall Jenner et Hailey Baldwin au festival Coachella en 2016. (via Wheretoget)

« Les Américaines ont pris l’habitude de porter leur brassière de sport toute la journée. Lorsque les marques de soutien-gorge classiques ont repéré cet engouement, elles ont développé la bralette, à mi-chemin entre le soutien-gorge et la brassière », raconte la spécialiste. La bralette allie le confort des sous-vêtements de sport et le côté sexy de la lingerie fine. « Le confort est de plus en recherché par les clientes, la dentelle ne doit plus gratter, le toucher doit être sympa, la matière plus respirante… », souligne l’experte. Le succès de la bralette aux Etats-Unis s’explique par l’engouement général pour l’univers du sportwear, de l’esthétique athleisure et de l’active wear.

La bralette caresse toutes les poitrines

Terminé les coussinets rembourrés, les push-up ou les armatures, la bralette prône la liberté du corps et le galbe naturel. « La bralette a la bonne idée de mettre en valeur toutes les poitrines grâce à son élasticité, qui compense l’absence d’armature et la forme triangle des bonnets qui souligne les courbes, mais en galbant plus qu’un simple soutien-gorge triangle. Les marques grandes tailles ont adaptés tous les composants pour les fortes poitrines, avec des bretelles plus épaisses par exemple », souligne Cécile Vivier.

 

Rihanna en bralette. (via Wheretoget)

La bralette flirte avec le prêt-à-porter

La bralette se la joue dessous dessus. « C’est la brassière que l’on aime montrer. La nouvelle génération aime détourner », commente la directrice marketing du Salon International de la Lingerie. La bralette se laisse ainsi deviner sous un chemisier, se superpose en hiver à un col roulé blanc. Si la bralette ne rentre pas dans la case des cropped tops, les plus audacieuses s’autoriseront même à la porter en top.

Le confort de la bralette ne sacrifie pas l’élégance. « On trouve des bralettes avec de la dentelle, très travaillées. Comme il y a plus de matière que dans un triangle, la bralette inspire les créateurs », se réjouit Cécile Vivier. On retrouve par exemple la bralette chez Lyn Lingerie en version de tulle et de bretelles croisées, dans la collection Edie & Nico de Gonzales en version dentelle et cuir vegan.

En France, « certaines marques n’en proposent pas encore, ou juste une ou deux pièces, le marché est encore tout petit. Mais en Europe, les Allemandes ont déjà sauté le pas », expose Cécile Vivier. Des modèles de bralette se trouvent déjà chez Britanniques Gossard, chez les jeunes marques comme Else, Jolies Mômes, La Nouvelle, Velvette, Amoralle, Esquisse Lingerie, Demoiselle, mais aussi chez les corsetiers plus expérimentés Barbara, Huit, Only Hearts, Cosabella, Marie-Jo, Annette, et Chantelle. Alors que de nombreuses marques y vont de leur modèle, une déferlante dans les rues françaises est attendue dans les prochains mois. 2017 sera probablement l’année de la bralette.