VIDEO. Jacques Dutronc, le play-boy qui «aime les filles» du Live Show Etam

FASHION WEEK Le 9e Etam Live Show, présenté ce mardi soir au Centre Pompidou dans le cadre de la semaine de la mode à Paris, était l’occasion de célébrer le 100e anniversaire de la marque de lingerie française…

Anne Demoulin

— 

Jacques Dutronc chante lors du final du défilé Etam, le 27 septembre 2016.
Jacques Dutronc chante lors du final du défilé Etam, le 27 septembre 2016. — Swan Gallet/WWD/Shutter/SIPA

100 ans, 80 mannequins, et moi, et moi, et moi ! Le Tout-Paris était réuni ce mardi soir pour assister au 9e Etam Live Show. Profitant du coup d’envoi de la Fashion Week, la marque de lingerie française avait organisé un immense show à l’américaine, baptisé « French Liberté », pour célébrer son 100e anniversaire, où 80 top models en petite tenue ont défilé devant la guest star de la soirée, Jacques Dutronc. 20 Minutes vous raconte tout.

Un parterre de people

Sur le parterre du Centre Pompidou ce mardi à 21h, c’est la cohue. VIP, presse et acheteurs se pressent. L’excitation est palpable. Dans la file réservée aux journalistes, un homme piaffe d’impatience, avant de se réjouir qu’ici « même Louis Sarkozy est obligé de faire la queue ». Le fils de l’ex-président de la République est venu avec Capucine Anav, la nouvelle recrue de Cyril Hanouna sur TPMP.

Pas de passe-droit, il n’y a que du beau linge sur le front row. Des stars de cinéma comme Louise Bourgoin, Benoît Magimel, Virgine Ledoyen, Ludivine Sagnier ou encore Michaël Youn. Des étoiles de la chanson comme Joey Starr, Elodie Frégé ou Thomas Dutronc. Des célébrités de la mode comme le créateur Jean-Charles de Castelbajac, le top Natalia Vodianova, l’égérie de la marque depuis plusieurs saisons ou les PDG de Courrèges, Frédéric Torloting et Jacques Bungert. Des personnalités du petit écran comme Frédéric Taddei ou Laurent Weil. Des « fils de » comme Gabriel-Kane Day-Lewis. Il y a même un écrivain, Frédéric Beigbeder.

Des ensembles bleu, blanc, rouge

Un impressionnant podium illuminé aux couleurs de Paris est dressé dans l’immense hall du musée. Un lieu pas anodin pour les modeux, Yves Saint Laurent y a fait ses adieux. Il faut se hâter pour s’installer. Le début du show a pris quelques minutes de retard, alors que la marque a rendez-vous avec ses clientes, qui peuvent suivre l’événement en ligne tout en commandant leurs pièces favorites.

Le catwalk s’enflamme à l’apparition de Constance Jablonski, qui ouvre le spectacle, baptisé « French Liberté ». Sous les mélopées de Marina Kaye se succèdent des dessous chics où règnent la dentelle noire et d’habiles ajourés.

Les jeux de lumière s’adoucissent. Dua Lipa donne de la voix, et apparaissent perles, voiles et plumes. Le groupe Minuit sonne, sous leur Flash, la marque de lingerie dévoile des ensembles tricolores, qui ne sont pas sans rappeler les Miss de l’ultime défilé prêt-à-porter Jean Paul Gaultier. « J’ai bien aimé ses petites françaises qui se baladent en bleu-blanc-rouge, en culotte, c’est rigolo ce clin d’œil à la liberté », a commenté pour 20 Minutes Daphné Burki.

Au rythme de The Avener, ces James Bond Girls, dont Cindy Bruna, Rose Bertram, Devon Windsor, ou encore Ana Beatriz Barros, se déhanchent dans leurs maillots aux découpes asymétriques et décolletés vertigineux.

Jacques Dutronc « aime les filles habillées par Etam »

Et le trublion Jacques Dutronc fit son apparition. « Il a toujours la voix, toujours le style et il calme tout le monde », s’exclamera dans la cohue de la fin du défilé, Frédéric Beigbeder. Dans les années 1960, il chantait Les Playboys « habillés par Cardin », « J’aime les filles habillées par Etam », entonne désormais, d’un œil amusé, l’idole. Sur le podium, Etam ose quelques excentricités : des coiffes spectaculaires, des cuissardes recouvertes de sequins, et « ce corset pailleté de sequins, magnifique », un modèle repéré par Audrey Pulvar.

Joyeux anniversaire Etam 🎈 @etam #etam #etam100 #etamliveshow #2016 #pfw #fashionweek #parisfashionweek #pfw16

A photo posted by Mathilde Fontaine (@mathildefontaine) on

Jacques Dutronc réveille la salle avec « Paris, s’éveille ». Il met l’assemblée sans dessus-dessous avec Les Cactus. Le public se lève et se met à danser : « Vous avez vu comment ça s’est terminé ? C’est assez rare dans les défilés. Les ambiances sont généralement beaucoup plus feutrées, on se regarde, on s’observe. Et puis là, Dutronc arrive et la magie s’empare de nous », confie à 20 Minutes Audrey Pulvar. Le joujou fait toujours « crac boum hu ».

Standing ovation. « Merci beaucoup, maintenant, je vais laisser la place à celui que j’admire beaucoup le grand Charles… Aznav… », blague l’artiste.

« Je suis contente d’avoir vu Dutronc, alors que normalement il faut dire qu’on est content d’avoir vu des troncs avec des culottes », plaisante Daphné Burki, qui confie encore à 20 Minutes : « Je ne pensais pas le voir un jour dans ma vie sur scène, c’était trop chouette. » Une fête réussie pour Etam.