VIDEO. Les meilleurs cocktails de l’été 2016 (1/6) : Le Grand Fizz

FRAIS Il fait beau, il fait chaud, vous suez à grosses gouttes: plongez (avec modération) dans le Grand Fizz, un cocktail rafraîchissant à base de vodka…

Stéphane Leblanc

— 

Le Grand Fizz
Le Grand Fizz — S.LEBLANC / 20MINUTES

Inutile de troquer votre PEL contre un aller simple pour la banquise… Tout aussi frais, léger et pétillant : le Grand Fizz, à base de vodka et de liqueur de fleur de sureau St-Germain, servi avec des quartiers de citron vert, de l’eau pétillante et des glaçons.

« En soirée, c’est toujours un carton, témoigne Bruno Ingargiola, barman dans l’événementiel. Ce cocktail floral et acidulé est à la fois très désaltérant et très rafraîchissant. »

Les ingrédients :

-3,5 cl de vodka
-1,5 cl de liqueur de fleur de sureau
-1cl de jus de citron vert (la moitié d’un fruit, en général)
-De l’eau pétillante et des glaçons

Versez la vodka dans un verre long drink. Ajoutez la liqueur, puis l’équivalent du jus de deux quartiers de citron vert. Ajoutez trois quartiers pour la décoration et allongez d’eau pétillante. « Remuez doucement afin de ne pas casser les bulles », conseille le barman pour finir.

La petite histoire :

Créé pour l’été 2016 par François Thibault, le « cellar master » (maître de chais) de la marque française de vodka Grey Goose, ce cocktail reprend, avec des glaçons, le Fizz lancé l’an dernier. « Je recherchais un équilibre harmonieux, raconte-t-il. La délicatesse de la fleur de sureau et la vivacité du citron vert respectent parfaitement le caractère et la rondeur onctueuse de notre vodka ».

Bruno Ingargiola acquiesce : « La vodka n’est pas là pour vous agresser et la liqueur de fleur de sureau apporte au cocktail une note florale fort bienvenue. Au nez, la liqueur St-Germain se rapproche beaucoup du litchi. »

Le tour de main :

« C’est un cocktail très facile à faire, accessible, qui ne demande pas un matériel de dingue », raconte Bruno Ingargiola. Si les citrons se révèlent trop acides, il suffit de rééquilibrer avec la liqueur et vice versa. Petit bémol pour cette dernière, « pas forcément très facile à trouver dans la grande distribution ». Mais la liqueur St-Germain est au moins dispo sur Internet.

A défaut, le barman pourrait utiliser « une autre liqueur de fleur ». De thym ? « Oui, ça marcherait très bien, avec un peu de basilic. » Mais ce ne serait plus le Grand Fizz.

Bruno Ingargiola relève « un cocktail responsable », qui contient 1,36 unité d’alcool. « Mais attention : au second verre, défense de reprendre la route. » Mieux vaut prévenir que guérir et déguster avec modération.