Pas de travail, pas de costard? Pas si sûr, Emmanuel Macron

RHABILLE On a testé le style anti-Macron, après la déclaration du ministre de l'Economie sur « la meilleure façon de se payer un costard », qui est selon lui, « de travailler »…

Sofian Aissaoui (IPJ Paris Dauphine)

— 

Homme au smoking et verre de martini
Homme au smoking et verre de martini — 4X5 Coll-Devaney/SUPERSTOCK/SIPA

Des mots qui collent à la peau. Et qui ne sont pas des plus élégants. « Vous n’allez pas me faire peur avec votre tee-shirt. La meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler. »

Costume Lagonda sur les épaules (1 200 euros), le ministre de l’Economie Emmanuel Macron a quelque peu perdu son sang-froid vendredi dernier face à deux salariés lors d’une visite d’entreprise dans l’Hérault.

Mais au fait, si on ne travaille pas, est-on vraiment privé de costard ? Coup d’œil des options envisageables pour être chic… sans fric.

Costard 0 euro

« L’habit ne fait pas le moine, mais il y contribue » Lancée par trois étudiants en école de commerce, l’association La Cravate Solidaire est présente dans sept villes en France. Elle collecte des costumes auprès des particuliers mais aussi auprès des entreprises de textile. Ils sont ensuite redistribués à des personnes à la recherche d’un emploi. « On aide un public très exclu de l’emploi, explique le cofondateur Yann Lotodé. Les personnes qui n’ont jamais été mises en valeur, cela leur fait du bien. » Et la cravate solidaire est bien plus qu’un vestiaire, puisqu’elle favorise aussi la mise en relation avec des entreprises. Le duo efficace dressing/coaching a déjà bénéficié à plus de 800 personnes.

Costard donnant-donnant

Va donc chez « Sans argent » ! Dans le 12e arrondissement de Paris, la boutique Sans Argent donne vite le ton : « C’est un lieu qui favorise le don et sensibilise au juste usage des objets. » lance Julie Hebting, responsable de développement du projet. Créée l’an dernier, l’association joue la carte du don contre don. Vous apportez une table de chevet vintage, vous repartez avec une veste de marque. Avec une bonne dose de chance, vous pourrez y trouver le costume idéal. Julie Hebting précise tout de même : « Les gens ont du mal à se séparer de leurs costumes. On n’en reçoit pas souvent… Mais ici, vous pourrez au moins trouver une tenue correcte ! »

Costard low cost

Allez, vous pourrez quand même vous offrir le chic du complet sans vous ruiner. Pour un costume d’occasion, Emmaüs ou Leboncoin restent vos meilleurs alliés : c’est dans la poche pour moins de 50 euros. Et pour du neuf, comptez autour de 80 euros en entrée de gamme chez les géants du prêt-à-porter H & M ou Zara.

Article en partenariat avec les étudiants de l'IPJ Paris - Dauphine