Fashion Revolution Week: A vos selfies pour une mode éthique!

MODE La Fashion Revolution Week invite les internautes à interroger les marques de mode sur les conditions de production des vêtements… 

Anne Demoulin

— 

La Fashion Revolution Week aura lieu du 18 au 24 avril 2016.
La Fashion Revolution Week aura lieu du 18 au 24 avril 2016. — http://fashionrevolution.org/

Sous les pavés, la plage, sous l’étiquette « made in », une réalité complexe. Pour la troisième année consécutive, fashionistas et fashionistos sont invités à retourner leur veste et à sortir leurs étiquettes pour une mode plus éthique et plus responsable lors de la Fashion Revolution Week, du 18 au 24 avril. Explications.

La Fashion Revolution Week, c’est quoi ?

Le 24 avril 2013, à Dhaka au Bangladesh, les ateliers de confection du Rana Plaza s’effondraient, faisant plus de 1.100 morts et quelque 2.500 blessés. Depuis, le collectif Fashion Revolution, lancé par la créatrice britannique Carry Somers, organise tous les ans des manifestations pour commémorer ce drame. Ce mouvement s’étend désormais dans 70 pays, et cette année, l’événement se déroule sur une semaine. L’an dernier, l’événement a été relayé par de nombreuses stars à l’instar de la créatrice Stella McCartney.

Il s’agit de sensibiliser consommateurs, professionnels et pouvoirs publics sur le revers de la mode. « La Fashion Revolution Week consiste à s’interroger sur la façon dont les vêtements sont produits. Où ? Quand ? Comment ? Par qui ? Dans quelles conditions ? », explique Isabelle Quéhé du bureau Fashion Revolution France.

Comment participer à la Fashion Revolution Week ?

Lors de la Fashion Revolution Week, chacun est invité à se prendre en photo, veste, pull, chemise, tee-shirt ou jean à l’envers, et à interpeller la marque figurant sur l’étiquette du vêtement retourné avec le hashtag #WhoMadeMyClothes.

Objectif de cette campagne mondiale ? « Exiger plus de transparence sur la traçabilité des vêtements », résume Isabelle Quéhé. « Cette démarche s’inscrit dans une prise de conscience plus large sur la consommation en général comme l’alimentation, les cosmétiques et sur l’environnement », détaille-t-elle.

Si les débats autour de la COP21 ont permis d’avancer sur « les questions environnementales, il reste du chemin à faire sur la question sociale », analyse l’experte.

« L’étude Behind the Barcode Fashion Report a montré que 48 % des marques ne connaissent pas la liste exacte de leurs fournisseurs », déplore-t-elle. « En France, un pas important dans la responsabilisation des grandes entreprises et la protection des droits humains et environnementaux a été franchi le 30 mars 2015 avec la proposition de loi relative au devoir de vigilance des sociétés mères et entreprises donneuses d’ordre », se félicite-t-elle.

Avec des cadences, toujours plus rapides, des tarifs, toujours plus bas, les marques de fast fashion « ne permettent pas de produire des vêtements dans de bonnes conditions », estime Isabelle Quéhé. Pour mieux comprendre ces enjeux et jeter un autre regard sur son dressing, Fashion Revolution France organise toute une série d’événements partout en France.

De quoi apprendre à consommer la mode autrement !