La Minotte, la nouvelle bière artisanale de Marseille

TENDANCE Après la Brasserie de la Plaine, une deuxième micro-brasserie marseillaise se lance dans l’aventure et renoue avec une vieille tradition locale…

Caroline Delabroy

— 

Laurent Jaïs et Max Brunet, les deux fondateurs de la micro-brasserie La Minotte à Marseille.
Laurent Jaïs et Max Brunet, les deux fondateurs de la micro-brasserie La Minotte à Marseille. — Caroline Delabroy/20 Minutes

Une blonde, une brune et une ambrée. Une blanche est annoncée pour le printemps, et pour chaque mois une nouvelle spécialité. En ce moment, c’est une IPA (India Pale Ale), une bière à fermentation haute d’origine anglaise. Ces bières artisanales (à consommer avec modération) sont à découvrir chez La Minotte, la deuxième micro-brasserie de Marseille qui a ouvert ses portes il y a quelques mois à peine, du côté de Vauban.

La roche de la colline de Notre-Dame-de-la-Garde est même visible au fond du local, qui a jadis accueilli un atelier de peinture comme le laisse deviner la haute verrière. Quelle meilleure protection rêver pour cette nouvelle aventure ? Le cliché fait en tout cas sourire les deux amis entrepreneurs.

 

Le local de La Minotte à Marseille - Caroline Delabroy

 

Comme pour la Bière de la Plaine, La Minotte est le produit d’une histoire d’amour pour la précieuse alchimie eau, mat et houblon mais aussi d’une reconversion professionnelle. Ancien cadre dans l’informatique, Max Brunet, 34 ans, a profité d’un licenciement économique pour se lancer.

« Pourquoi ne pas en faire un métier », s’est-il vite interrogé, en regardant son kit du brasseur amateur acheté sur internet. Ses bières, assez rondes et aromatiques, étaient appréciées de son cercle proche, restait à concevoir des recettes qui tiennent la route en quantité moins artisanale. 

>> A lire aussi : A Marseille, la bière locale en plein boom

Les choses sont ensuite allées assez vite. L’association avec Laurent Jaïs (venu lui du monde de la culture et de la communication) puis la campagne de crowdfunding sur Ulule, qui leur a permis de réunir les 8000 euros de départ. Le succès de la collecte a aussi eu valeur de test.

« Il y a un retour vers les choses authentiques, les gens abandonnent les supermarchés et reviennent vers les petits commerces, la tendance des micro-brasseries s’inscrit dans cet esprit-là », relève Laurent Jaïs.

Au pays du vin et du pastis, l’appétence pour la bière existe bel et bien. Derrière le bar de dégustation de la Minotte, l’affichette « La bière Phénix » rappelle que Marseille n’est pas novice en la matière : cette brasserie née en 1886 a produit jusqu’à 150 000 bouteilles par jour (le site appartient aujourd’hui à Heineken).

 

Les bières de la micro-brasserie La Minotte à Marseille - Caroline Delabroy/20 Minutes

 

A La Minotte, la production est pour le moment de 3200 bouteilles par mois. Max et Laurent font tout eux-mêmes. Ils embouteillent et étiquettent à la main, et ambitionnent, avant de grandir, d’asseoir un produit artisanal de qualité. Le nom de « Minotte » n’a ainsi pas été  choisi au hasard. Il véhicule le côté provençal (un minot, ici, c’est un gosse, un gamin), « le fait qu’on soit tout petit par rapport aux grands acteurs de la brasserie et aussi que l’on fasse une bière plutôt féminine », explique Max Brunet.

« Souvent, les micro-brasseries partent à fond sur l’amertume, nous avons voulu prendre le contre-pied », poursuit-il. La blonde arbore ainsi des arômes d’agrumes, la blanche s’étire entre pamplemousse et citron, quand la brune va chercher du côté du café, du réglisse et des noix grillées. La base-line est elle toute trouvée : « Oh minot, sers-moi une Minotte ! »

 

#LaMinotte, la nouvelle #bière #artisanale pensée et conçue à #Marseille ! Rendez-vous 12 rue Jules Moulet - 13006.

Une photo publiée par Cécilia Bernie Sadaoui (@csadaoui) le 27 Oct. 2015 à 14h42 PDT

 

La Minotte (09 52 37 78 19 ; 12 rue Jules Moulet, 6e ; de 13h à 20h du mardi au samedi, et jusqu’à 22h le jeudi pour les soirées dégustation). 3 euros la bouteille de 33 cl, 8 euros le pack de 3.