«Ah, la bonne odeur de poulet»... On a testé la pause soupe au bureau

CUISINE Pour la fête des voisins de bureau, «20 Minutes» a testé la pause soupe défendue par la marque Royco...

Stéphane Leblanc

— 

Dégustation de soupes instantanées
Dégustation de soupes instantanées — S.LEBLANC/20MINUTES

Ce jeudi, ce n’est pas ravioli… mais soupe minute. Pour la fête des voisins de bureau, la marque Royco a adressé à 20 Minutes plusieurs dizaines de sachets de ses produits afin de promouvoir l’idée d’une « pause soupe » comme moment de partage et de convivialité au bureau. Un choix très marketing pour une marque qui cherche à redorer une image vieillissante auprès d’une clientèle jeune et urbaine. Alors, on a dit : « Chiche ! ».

« La distribution d’échantillons gratuits à la sortie des stations de métro et des gares […] est devenue l’arme de la reconquête de Royco », écrivait La Revue des marques en octobre 2013, en soulignant également « l’importance des activités digitales sur les réseaux sociaux autour du thème de la pause, l’exploitation d’une communauté de prescripteurs ou encore l’arrivée de Royco dans les distributeurs automatiques sur les lieux de travail ». L’opération séduction en direction de 20 Minutes procède de la même logique.

>> A lire aussi : Les 5 recettes de soupe les plus originales des internautes de « 20 Minutes »

Sur le papier, la pause soupe de 11 h est a priori moins alléchante qu’une pause chouquettes. Les premières réactions étaient au mieux dubitatives : « Vous connaissez des gens qui boivent des soupes Royco au boulot, vous ? » Parfois péremptoires : « Rien de tel que des bons produits frais dans la soupe ! », Voire hostiles : « Ces sachets, c’est pas possible : ça pue ! ». « Ah, la bonne odeur de poulet », vantait pourtant la pub dans les années 1960.

Et aujourd’hui ? « C’est vrai que ça sent fort », clame le nouvel arrivant dans la pièce où une dizaine de journalistes dégustent leur soupe en clamant des « Ah ! ouais, pas mal le petit goût d’épices qui donne du goût à l’eau. Et puis les nouilles de la [soupe] vietnamienne calent bien en milieu de matinée ».

« La pause a été anormalement longue »

Une journaliste constate que, « certes, la liste des ingrédients n’est pas des plus bio, mais ça peut vraiment dépanner ou permettre de calmer une fringale sans se ruer sur les barres chocolatées du distributeur. Et en plus ça réchauffe ! ». Un autre est plus critique sur le concept de pause soupe, « un peu bancal, car l’eau doit être bouillante, et ça met trop de temps pour refroidir, du coup : 1. Je me suis un peu brûlé la langue, 2. La pause a été anormalement longue. Je le conseillerais plutôt pour remplacer le goûter chez soi pendant les mois d’automne et d’hiver le week-end. »

Mais l’essentiel n’est-il pas le goût ? Là, contre toute attente, « c’est pas mauvais », clament-ils à l’unisson tandis, que certains osent même un « c’est plutôt bon ». Exactement la réaction qu’attend Royco. L’opération reconquête peut se poursuivre.