Fashion Week : Les princesses médiévales de Raf Simons pour Dior

MODE Le créateur belge a imaginé une collection inspirée de la peinture flamande...

A.D. avec AFP
— 
Le défilé automne-hiver 2015-2016 Dior.
Le défilé automne-hiver 2015-2016 Dior. — Kamil Zihnioglu/AP/SIPA

Des princesses échappées d’un triptyque médiéval. Dior a présenté sa collection automne-hiver 2014/2015 à l’occasion de la semaine de la Haute Couture à Paris, au musée Rodin ce lundi. Les « fruits défendus d’un jardin des délices » pour reprendre l’expression de Raf Simons. Une collection inspirée d’une œuvre du peintre néerlandais Jérôme Bosch, Le Jardin des délices.

Innocence vs décadence

« J’étais intrigué par l’idée de fruit défendu et par ce que cela peut signifier de nos jours. Comment l’idée de pureté et d’innocence s’oppose à celle d’opulence et de décadence », a expliqué Raf Simons dans le livret du défilé.

Le couturier belge a imaginé des silhouettes d’une grande pureté, de grandes robes blanches virginales, des capes surdimensionnées, des manteaux asymétriques.

Fleurs impressionnistes

Les robes sont tantôt très New Look avec la taille cintrée, tantôt longilignes, avec des plastrons bijoux ou recouvertes de résille/cotte de maille. Les tuniques, audacieuses, sont sont ouvertes sur les côtés, simplement retenues par des chaînettes dorées.

Les fleurs, chers à Monsieur Dior, se retrouvent sur des motifs impressionnistes, peintes à la main ou faites d’assemblages de plumes.

Paradoxalement, l’allure des princesses médiévales imaginées par Raf Simons, est résolument moderne.